Pour les familles, concilier vie professionnelle et garde des enfants s’avère parfois délicat. En effet, les plus jeunes ne peuvent pas se garder seuls et ont également besoin d’être encadrés pour travailler leurs leçons. Les parents doivent donc trouver une solution pour prendre en charge leurs petits en dehors du temps scolaire. Anacours propose un service dédié aux élèves de maternelle et primaire pour assurer la sortie d’école et les devoirs. Voici l’essentiel à connaître sur cette prestation.

 

Une solution de garde “ludo-éducative” pour favoriser l’épanouissement de l’enfant

Plus qu’un mode de garde, Anacours répond aux besoins des familles, tout en contribuant au développement de l’enfant. Nous estimons que la prise en charge des plus jeunes ne se limite pas uniquement à la surveillance. C’est pourquoi notre service de sortie d’école comprend également l’aide aux devoirs. Nos intervenants accordent autant d’importance au bien-être de l’enfant qu’à son épanouissement sur le plan intellectuel. Ils réalisent aussi bien des activités ludiques que des missions éducatives. En tant que spécialiste du soutien scolaire à domicile, Anacours s’efforce d’apporter une dimension pédagogique aux solutions de garde proposées aux familles.

 

 

Comment fonctionne le service sortie d’école et devoirs chez Anacours ?

Nous fournissons un service de garde périscolaire pour les élèves de maternelle et de primaire. Dans l’optique de répondre au mieux aux attentes des parents, nous offrons des solutions adaptées à l’âge de chaque enfant. Nos professionnels remplissent diverses missions pour aider les familles au quotidien. Leur rôle principal consiste à assurer la sécurité des plus jeunes, tout en veillant à leur confort. Pour cela, ils réalisent diverses activités de garde :

  • Récupérer les enfants à la sortie de l’école ;
  • Donner le goûter ;
  • Proposer des jeux et ateliers ludiques, etc.

Accompagner un enfant dans sa scolarité requiert une grande disponibilité. Aussi, nos intervenants profitent de ce temps de garde pour soutenir les écoliers à travers plusieurs missions :

  • Superviser les devoirs et apporter une aide en cas de besoin ;
  • Faire réviser les leçons ;
  • Préparer les cahiers et contrôler le contenu du cartable pour le lendemain, etc.

 

Mode de garde périscolaire : pourquoi miser sur un intervenant Anacours ?

Choisir Anacours pour gérer la sortie d’école et les devoirs, c’est la garantie de bénéficier d’une prestation qualitative. Soucieux de satisfaire au mieux les familles, nous accordons une grande importance à la sélection de nos intervenants. Nous recrutons des professionnels qualifiés et expérimentés dans le domaine de la garde d’enfants. Les qualités humaines et pédagogiques sont aussi des critères de choix majeurs.

Par ailleurs, nous fournissons des solutions personnalisées de manière à adapter nos services aux besoins de chaque famille. Sortie d’école, mercredis, vacances scolaires ; nos intervenants assurent la prise en charge des enfants selon le planning défini par les parents.

Le quotidien des écoliers s’organise en fonction du programme et des objectifs éducatifs à atteindre. Mais à l’école élémentaire, l’année est également marquée par des temps forts, dont certains concernent toutes les classes. Évaluations nationales, bilans, sorties pédagogiques, etc. ; voici un aperçu des événements importants qui rythment l’année scolaire d’un élève de primaire.

 

Les évaluations nationales à l’école primaire

Le mois de septembre sera l’occasion de faire le point sur les acquis individuels des élèves de CP et de CE1. Les évaluations nationales se déroulent dans les semaines qui suivent la rentrée. Elles permettent aux enseignants d’apprécier le niveau de chaque enfant en français et en mathématiques. Grâce aux résultats obtenus, ils peuvent déterminer quels sont les besoins des élèves dans ces disciplines afin d’adapter leurs pratiques éducatives.

 

Les bilans périodiques semestriels pour évaluer les compétences de l’élève

Chaque enfant dispose d’un livret scolaire qui le suit tout au long de sa scolarité. C’est dans ce document que sont rassemblés les bilans qui permettent d’évaluer les acquis de l’élève. Cela remplace les bulletins qui étaient transmis aux familles à chaque fin de trimestre.

Les bilans périodiques s’effectuent deux fois au cours de l’année. Les parents reçoivent une première fois le livret fin janvier, puis une seconde fois en juin. Les enseignants y indiquent le niveau acquis par l’élève dans chaque domaine d’apprentissage. Ils donnent aussi leurs appréciations sur les progrès réalisés et les points à améliorer.

Les familles peuvent ainsi déceler les éventuelles difficultés que rencontre leur enfant et envisager la mise en place d’un soutien scolaire.

Notez que les élèves de CE2 reçoivent également un bilan de fin de cycle en juin. Ce dernier consiste à évaluer le niveau d’acquisition pour les différentes composantes du socle de compétences.

 

Les sorties scolaires : un programme propre à chaque établissement

Outre les évaluations et les bilans, l’année est rythmée par les sorties scolaires ; des moments durant lesquels on allie découverte et plaisir. Le planning des excursions dépend de plusieurs éléments et diffère d’un établissement à l’autre. Les équipes éducatives planifient des sorties pédagogiques en lien avec des thèmes prévus au programme. Un voyage de fin d’année peut également être organisé et concerner tous les élèves de l’école.

 

Les spectacles d’école : le temps des festivités pour petits et grands

À l’école, les enfants enrichissent leurs connaissances, leurs compétences et développent aussi leur sens de la créativité. Ils mettent leurs talents artistiques à profit lors des spectacles organisés durant l’année. Généralement, les établissements prévoient des représentations pour les fêtes de fin d’année et à l’approche des grandes vacances.

Étape importante dans la scolarité d’un enfant, la classe de 5ème s’accompagne de nouveaux enjeux. Cette deuxième année de collège marque le début du cycle 4, qui correspond à celui des approfondissements. Si les changements restent moindres par rapport à l’entrée en 6ème, les élèves doivent toutefois satisfaire les attentes grandissantes de leurs professeurs. Organisation, autonomie, attention, etc. ; voici les fondamentaux et les objectifs poursuivis en 5ème.

 

La classe de 5ème : l’entrée dans le cycle des approfondissements

Le parcours scolaire d’un élève se décompose en plusieurs cycles. Le collège débute par la fin du cycle de consolidation et couvre le cycle des approfondissements. En 6ème, l’enfant se familiarise avec le fonctionnement du collège. L’organisation des cours, le changement de salle et de professeur pour chaque matière, les devoirs, etc. ; la première année lui permet de s’adapter à ces différents aspects.

Il peut donc se concentrer sur de nouveaux apprentissages dès son entrée en 5ème, tout en consolidant ses acquis. Outre les disciplines fondamentales étudiées depuis l’école élémentaire, les collégiens découvrent une seconde langue vivante. Le programme inclut diverses matières en plus du français et des mathématiques :

  • Histoire-géographie ;
  • Sciences de la vie et de la Terre ;
  • Physique-chimie ;
  • Technologie ;
  • Arts plastiques, etc.

Au cours de l’année de 5ème, les élèves renforcent leurs connaissances dans ces différents domaines, mais ils développent également des compétences personnelles.

 

Quelles sont les compétences travaillées en 5ème ?

Durant la seconde année de collège, les élèves entament leur préparation pour l’examen du brevet qui clôt le cycle 4. Ils enrichissent leurs acquis et approfondissent les notions fondamentales propres à chaque discipline. Mais les attentes des équipes pédagogiques en classe de 5ème ne concernent pas uniquement les aspects théoriques. À ce stade de leur scolarité, les enfants devront faire preuve d’autonomie et être en mesure d’organiser leur travail. Ils seront amenés à collaborer lors d’ateliers de groupe, à présenter des exposés, à étudier des œuvres. Des travaux qui leur demanderont des efforts en méthodologie et qui leur permettront de gagner en confiance. Pour assimiler les notions abordées en cours, ils devront également développer leur capacité d’attention et de concentration.

 

Comment mettre toutes les chances de son côté pour réussir en 5ème ?

La mise en place d’un soutien scolaire constitue une option intéressante pour accompagner un élève de 5ème. Le réseau Anacours propose différentes solutions à destination des collégiens :

  • Cours particuliers à domicile dans une ou plusieurs matières ;
  • Stages intensifs à domicile ou en agence ;
  • Étude dirigée ;
  • Aide aux devoirs ;
  • Cours en ligne.

Les cours à domicile avec un professeur particulier donneront l’occasion à l’élève de reprendre les notions vues en classe. Lors d’un stage en agence, les collégiens travaillent par petits groupes sur des thèmes spécifiques. Ils peuvent ainsi se concentrer sur la méthodologie et l’organisation ou sur une matière en particulier.

Dernière ligne droite avant les épreuves du baccalauréat, la terminale constitue une étape majeure dans la scolarité d’un élève. Durant cette année, les lycéens se préparent à l’examen, songent à leur orientation et découvrent également une nouvelle matière : la philosophie. Pourquoi cette discipline vient-elle s’intégrer au programme de terminale ? Quelles sont les notions étudiées et quels en sont les objectifs ? Voici l’essentiel à connaître pour comprendre l’utilité de la philosophie en terminale.

 

Pourquoi suit-on des cours de philosophie en terminale ?

Dès leur entrée en terminale, les lycéens vont suivre un nouvel enseignement, celui de la philosophie. Cette matière fait l’objet d’une épreuve finale comptant pour l’examen du baccalauréat. Plus que d’apporter des connaissances sur l’histoire et les doctrines philosophiques, l’enjeu de cet enseignement est de développer l’esprit critique de l’élève. À travers l’étude de diverses œuvres, l’étudiant apprend à analyser et à confronter des idées, des notions. Il s’exerce à fonder son propre jugement et à l’exprimer clairement à l’oral comme à l’écrit.

La philosophie amène les lycéens à s’ouvrir aux autres et à gagner en maturité. Ils améliorent leur sens critique et leur perception des choses. Ainsi, l’étude de cette discipline leur sera utile dans plusieurs matières, ainsi que dans leur vie future.

 

Philosophie au lycée : quelles sont les notions étudiées ?

Le programme de philosophie en terminale s’articule autour de trois grands axes :

  • L’existence humaine et la culture ;
  • La morale et la politique ;
  • La connaissance.

Les notions que les élèves étudient en classe se rapportent toutes à l’une de ces thématiques. Chaque professeur de philosophie dispose d’une grande liberté pédagogique puisqu’il choisit les sujets sur lesquels il désire travailler avec ses élèves. Toutefois, les objets d’étude doivent être en lien avec les dix-sept notions incluses au programme. Les élèves abordent par exemple les thèmes de la conscience, de l’inconscient, de la justice ou du bonheur.

Les cours s’appuient sur l’analyse d’œuvres philosophiques correspondant à trois périodes de l’histoire :

  • l’Antiquité et le Moyen-Âge ;
  • La période moderne ;
  • La période contemporaine.

Le programme de philosophie en terminale prévoit une liste de plusieurs auteurs de chaque époque.

 

Philosophie : quels sont les attendus en fin de terminale ?

Les travaux menés en philosophie durant l’année aideront l’élève de terminale à acquérir les compétences requises pour réussir l’épreuve finale. Progressivement, il enrichira ses connaissances grâce aux œuvres étudiées et saura les utiliser pour argumenter sa pensée. Le jour de l’examen, il devra être capable de réaliser une explication de texte en présentant son raisonnement avec clarté. Par la dissertation, il montre son aptitude à confronter plusieurs idées et à justifier son point de vue en construisant une argumentation.

Ces exercices requièrent une bonne organisation et une méthodologie de travail efficace. Pour aider les lycéens à préparer l’épreuve de philosophie, Anacours propose des cours particuliers et des stages intensifs en agence.

L’entrée en classe de première représente une étape importante dans le parcours scolaire d’un élève. Le lycéen poursuit de nouveaux objectifs et les attentes de ses professeurs s’intensifient. Le programme s’enrichit avec les enseignements de spécialité, ce qui influe sur le rythme de travail et les efforts à fournir. La préparation aux épreuves du baccalauréat et l’orientation comptent parmi les principaux enjeux de la classe de première.

 

La classe de première : une étape clé dans la scolarité d’un élève

L’enseignement en lycée général et technologique ou professionnel s’organise en trois ans. La classe de première correspond à la deuxième année du cycle. Elle constitue une période charnière entre l’entrée au lycée et l’obtention du baccalauréat, diplôme qui marque la fin des études secondaires.

Cette année s’accompagne de nouveaux enjeux pour les élèves, qui doivent satisfaire aux attentes grandissantes des équipes pédagogiques. À ce stade de leur scolarité, les élèves apprennent à travailler de façon méthodique et rigoureuse pour gagner en efficacité. Ils développent leur esprit d’analyse et leurs capacités à synthétiser, puis à prendre des notes.

En première, ils approfondissent des notions étudiées auparavant et découvrent de nouvelles matières avec l’entrée au programme des enseignements de spécialité.

 

La préparation au baccalauréat : l’un des principaux enjeux en première

L’avant-dernière année avant de passer les épreuves du baccalauréat joue un rôle déterminant. En effet, la réussite à l’examen dépendra de la régularité du travail effectué. La réforme du bac, en vigueur depuis 2021,  valorise les efforts fournis sur la durée avec la mise en place du contrôle continu. Les matières qui ne font pas l’objet d’un examen final sont donc concernées par ce dispositif. En outre, les élèves de première passent l’épreuve anticipée de français, dont la note compte pour l’attribution du diplôme.

C’est pourquoi ils doivent se préparer, dès l’entrée en classe de première, afin d’adopter une méthodologie de travail efficace. Le réseau Anacours propose plusieurs solutions de soutien scolaire comme les stages intensifs en agence et les cours particuliers à domicile. Ces séances sont l’occasion pour les élèves de revenir sur des notions essentielles du programme.

 

Entrée en première et choix d’orientation post-bac : les premières réflexions sur l’avenir

L’orientation figure également au cœur des préoccupations des élèves de première. Les lycéens doivent commencer à réfléchir à leur projet d’avenir. Ils peuvent se documenter sur les possibilités qui s’offrent à eux en fonction de leur profil et de leurs résultats. Au cours de l’année, ils devront aussi déterminer quelles seront les spécialités qu’ils souhaitent poursuivre en terminale.

Le diplôme national du brevet (DNB) valide les connaissances et les compétences acquises par les collégiens en fin de 3ème. Son attribution s’effectue à la suite d’une évaluation finale, mais dépend également des notes obtenues dans le cadre du contrôle continu. Comment fonctionne le calcul des points et pourquoi miser sur le contrôle continu pour décrocher son brevet ? Voici l’essentiel à retenir.

 

Quelles sont les modalités d’attribution du diplôme national du brevet ?

Le brevet des collèges consiste à vérifier le niveau d’acquisition des élèves pour chaque composante du socle commun de connaissances et de compétences. Cela concerne notamment :

  • La compréhension et l’expression de la langue française à l’écrit et à l’oral ;
  • La compréhension et l’utilisation des langages mathématiques, scientifiques et informatiques ;
  • L’assimilation et l’expression dans une langue étrangère ou régionale, etc.

Le DNB est noté sur 800 points au total, qui se répartissent en deux parts équivalentes de 400 points pour le contrôle continu et pour l’épreuve finale. Pour décrocher leur diplôme, les élèves de 3ème doivent obtenir une note supérieure ou égale à la moyenne générale. Ils doivent donc cumuler 400 points au minimum.

 

 

Pourquoi miser sur le contrôle continu pour obtenir son brevet des collèges ?

Les résultats des évaluations réalisées en classe de 3ème comptent pour le contrôle continu du brevet des collèges. Voilà pourquoi les élèves doivent accorder une grande importance à la régularité de leur travail. Les notes qu’ils accumulent au cours de l’année leur permettront d’augmenter leur nombre de points. Non seulement ils s’assureront d’être reçus grâce aux efforts fournis dans chaque discipline, mais en plus ils pourront viser l’obtention d’une mention.

 

Comment garantir sa réussite au brevet grâce au contrôle continu ?

Le contrôle continu du brevet des collèges est noté sur 400 points. Cela représente la moitié des points à récolter pour valider son diplôme. Chaque collégien peut alors mettre toutes les chances de son côté grâce à un travail assidu dans toutes les matières. Parfois, le suivi de cours particuliers à domicile peut être intéressant pour se remettre à niveau dans certaines disciplines. Anacours, spécialiste du soutien scolaire, propose des programmes personnalisés afin de répondre aux besoins de chaque élève.

Le socle commun de compétences intègre une composante liée à l’utilisation des outils et des méthodes d’apprentissage. Nous organisons aussi des stages intensifs en agence durant les périodes de vacances scolaires. Ces séances de groupes donnent l’occasion aux élèves de travailler sur un thème spécifique comme la méthodologie ou la préparation aux examens.

À chaque rentrée scolaire, les élèves de CP, de CE1 et de 6ème passent des évaluations en mathématiques et en français. Ces tests sont organisés tous les ans (depuis 2017) par le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports. En quoi consistent-ils et comment se déroulent-ils dans les différentes classes ? Objectifs et fonctionnement ; voici l’essentiel à connaître sur les évaluations nationales.

 

Quels sont les objectifs des évaluations nationales ?

Les évaluations de compétences visent plusieurs buts. Les bilans sont utiles aussi bien aux enseignants qu’aux différents partenaires de proximité. Cela leur permet d’apprécier le niveau acquis par les élèves en français et en mathématiques. En CP, en CE1 et en 6ème, ces évaluations aident les professeurs dans leurs pratiques pédagogiques. Ils peuvent se référer aux résultats obtenus en complément de leurs observations pour connaître les capacités de chaque élève.

Les évaluations permettent également aux recteurs d’académie, aux inspecteurs et aux chefs d’établissements d’adapter leurs actions. Au niveau national, elles fournissent des indications sur le succès de la politique éducative menée et sur les améliorations à envisager.

 

Comment se déroulent les évaluations nationales en classe de CP ?

Pour les élèves de CP, les évaluations de compétences sont programmées en septembre, puis en janvier. Elles se présentent sous la forme d’un cahier d’exercices et s’organisent en courtes séquences de 8 à 12 minutes en français, puis en mathématiques. La connaissance des lettres, des sons et des syllabes constitue la base de l’apprentissage de la lecture. En maths, les tests portent sur les nombres, les formes et la résolution de problèmes.

 

En quoi consistent les évaluations nationales en CE1 ?

En classe de CE1, les évaluations nationales se produisent uniquement en septembre et s’effectuent en 4 séances, puis 2 épreuves individuelles. Les séquences collectives de français durent 12 minutes et celles de mathématiques se passent en 15 minutes maximum. Les sessions individuelles permettent d’évaluer la lecture à haute voix.

Pour ce niveau, on évalue :

  • la compréhension écrite et orale,
  • l’orthographe,
  • le vocabulaire
  • Le calcul mental et en ligne ;
  • La géométrie ;
  • La capacité à comprendre et résoudre des problèmes.

 

Comment fonctionnent les évaluations nationales en 6ème ?

Dès l’entrée au collège, les élèves de 6ème se soumettent de nouveau aux évaluations nationales afin de vérifier leurs acquis. Les exercices s’effectuent sur support numérique, par le biais d’une plateforme en ligne. Les évaluations se déroulent fin septembre. Elles se composent de deux séances collectives d’une heure (français et mathématiques), puis d’un test de fluence.

Elles visent à contrôler le niveau des élèves pour cette dernière année du cycle de consolidation (cycle 3). Plusieurs compétences sont évaluées :

  • Compréhension écrite et orale ;
  • Étude de la langue ;
  • Grandeurs et mesures ;
  • Nombres et calculs, etc.

Les résultats individuels des élèves sont transmis aux familles lors d’un entretien avec l’enseignant. Cet échange permet de faire le bilan des besoins de l’enfant et de déceler les difficultés qu’il pourrait rencontrer. C’est également l’occasion d’envisager la mise en place d’un soutien scolaire à domicile.

À la fin du collège, les élèves peuvent s’orienter vers une seconde générale, technologique, professionnelle ou se diriger vers un CAP. Qu’ils choisissent la poursuite d’études au lycée ou l’apprentissage, ils devront réaliser des tests de positionnement dès la rentrée scolaire. Comment s’organisent ces tests en classe de seconde et quelle est leur utilité ? Voici l’essentiel à retenir.  

  

Comment s’organisent les tests de positionnement en seconde ? 

Les tests de positionnement pour les élèves de seconde générale, technologique et professionnelle se déroulent sur les deux dernières semaines de septembre. Ces évaluations servent simplement à connaître les acquis de chaque élève en français et en maths lors de leur entrée au lycée. Chacune des épreuves dure une heure et se décompose en deux parties : 10 minutes de préparation et 50 minutes de passage. Elles se présentent sous forme d’exercices à réaliser sur une plateforme en ligne. 

Le test de français a pour but d’évaluer la compréhension à l’écrit et à l’oral, ainsi que la faculté à saisir le fonctionnement de la langue. En mathématiques, les questions concernent quatre domaines :  

  • Le calcul littéral ; 
  • Les nombres et les calculs ; 
  • La géométrie ; 
  • L’organisation et la gestion des données. 

 

Comment tirer profit des résultats obtenus aux tests de positionnement de seconde et de CAP ? 

 Les bilans individuels des tests de positionnement permettent aux équipes pédagogiques d’identifier les acquis de chaque élève en français et en mathématiques. Pour les professeurs, il s’agit d’amener les lycéens à consolider leurs connaissances durant les trois années qui précèdent le bac. L’objectif : les préparer à une poursuite d’études supérieures ou à une insertion dans le monde professionnel.  

Ces évaluations aide ainsi les enseignants à définir quels sont les besoins des élèves dans ces deux disciplines essentielles. Ils peuvent alors ajuster leurs méthodes éducatives de façon à leur offrir un enseignement personnalisé.  

En première année de CAP, les élèves passent également des évaluations qui permettent de vérifier leur niveau en français et en mathématiques. Les tests sont organisés en septembre et se composent de deux séquences de 40 minutes (test de littératie et test de numératie). 

Les parents sont informés des résultats obtenus par leur enfant aux différentes évaluations, ce qui constitue un atout majeur. Ils peuvent ainsi se tourner vers le soutien scolaire pour mieux l’accompagner. Cours particuliers à domicile, stages intensifs et ateliers collectifs ; Anacours propose des solutions sur mesure, adaptées aux besoins de chaque élève.  

Le passage en classe supérieure

C’est le conseil du 3ème trimestre qui statue sur les propositions d’orientation de l’année suivante : passage en classe supérieure, et plus rarement, saut de classe ou redoublement. La proposition de redoublement se fait sur avis de l’inspecteur de l’Éducation Nationale, et bien sûr, après discussion avec les parents. En outre, un redoublement est toujours accompagné d’un accompagnement spécifique pour l’élève, tel qu’un programme personnalisé de réussite éducative (PPRE).

Une discussion est systématiquement mise en place entre l’équipe éducative et les parents. Ce n’est donc pas parce que le conseil de classe a recommandé un redoublement de classe que celui-ci se fera. Globalement, les redoublements sont maintenant le plus souvent volontaires, dans le but de mieux réussir son orientation, notamment en Troisième.

Depuis 2014, le redoublement d’un élève est très rare, car évité au maximum. Il n’existe pas en maternelle, et reste très peu répandu en primaire et au collège. Il est plus courant au lycée, notamment en classe de seconde, ainsi qu’en terminale en cas d’échec au bac. Alors si vous redoublez, comment gérer au mieux cette seconde année et en tirer parti ?

Comment gérer un redoublement ?

Le redoublement peut être difficile à gérer pour l’élève, car il peut être vécu comme un échec, d’autant plus s’il s’agit de la terminale en cas de notes insuffisantes au bac. Ce dernier se retrouvera aussi en décalé avec ses amis, dont il aura sans doute peur de s’éloigner. Si le redoublement peut être évité, il faut donc prendre en compte ces composantes psychologiques.

En cas de redoublement, il faudra rester positif et faire le point honnêtement sur les faiblesses et les échecs passés, afin d’identifier ce qui a pu poser problème et l’éviter. Il faut aussi reconnaître quelles étaient les forces et ce qui a pu être réussi, et en tirer le maximum. Le but est en effet de procéder autrement sur cette nouvelle année scolaire, ainsi, une nouvelle méthode de travail et un nouveau rythme doivent être mis rapidement en place. Une discussion avec l’équipe éducative en début d’année sera aussi indispensable pour glaner le plus de conseils possible.

Enfin, mettre en place un accompagnement personnalisé tout au long de l’année scolaire, avec un professeur particulier, peut s’avérer très utile pour mettre toutes les chances de son côté et repartir sur de bonnes bases.

Votre enfant va rentrer au lycée : il s’agit d’un moment important de sa scolarité. En plus du choix de l’orientation, il faut choisir le lycée adéquat, en suivant le système mis en place par l’Education Nationale. Alors quelles sont les bonnes questions à se poser pour aider votre enfant à choisir au mieux son futur lycée ?

L’organisation des vœux

Une fois le choix d’orientation fait, les familles doivent se pencher sur l’affectation dans un lycée. A partir du mois d’avril, les familles sont donc invitées à formuler leurs vœux par le téléservice Affectation après la 3e (Affelnet-lycée).

Les élèves ont une priorité pour l’affectation dans le lycée général et technologique de secteur en fonction de leur domicile. Il est cependant possible de faire une demande d’assouplissement de la carte scolaire (dérogation) pour entrer en Seconde dans un autre lycée que celui du secteur.

L’académie de Paris dispose d’un système un peu particulier, la sectorisation étant différente. En effet, la procédure d’affectation des élèves dans les lycées parisiens a été réformée en 2021. Pour chaque élève, les lycées sont répartis en trois niveaux, en fonction de l’éloignement de son collège de secteur. Pour l’académie de Paris, pour l’année 2022, la saisie des vœux a lieu du 9 au 31 mai.

Que faut-il prendre en compte pour choisir ?

Il est important, pour le bon déroulement de la scolarité de votre enfant et son épanouissement personnel, de prendre en compte plusieurs paramètres.

Dans un premier temps, le lycée se sélectionne en fonction des choix d’orientation de votre enfant. S’il poursuit en seconde générale et technologique, il faudra surtout se pencher sur les enseignements de spécialité qu’il souhaitera suivre en classe de Première. Renseignez-vous sur les différentes options proposées selon les établissements : elles ne sont pas toutes dispensées dans tous les lycées. Si votre enfant compte suivre un enseignement optionnel, il faudra aussi se renseigner sur les matières disponibles.

L’emplacement, soit le trajet de l’enfant de son ou ses domiciles à l’établissement du ou des domiciles de l’enfant sera également primordial, qu’il emprunte les transports en commun, son propre véhicule, le ramassage scolaire ou bien qu’un des parents l’emmène à son établissement. On vous recommande de favoriser l’autonomie de votre enfant dans ses déplacements.

Enfin, vous pouvez vous pencher, bien entendu, sur la réputation et les taux de réussite au bac de chaque établissement. Vous pouvez ainsi consulter les fameux classements par année des lycées de chaque académie. L’éducation Nationale propose d’ailleurs son propre indicateur de résultats des lycées tous les ans.