Profiter des vacances d’été pour revoir les notions étudiées dans l’année est un excellent moyen d’aider son enfant dans ses apprentissages. Ce sera l’occasion de revenir sur les leçons mal comprises et de réaliser des exercices afin de consolider ses acquis. Mais entre l’envie de se détendre et les obligations du quotidien, difficile de trouver le temps et la motivation pour travailler. Nous vous livrons ici nos conseils pour faire réviser votre enfant, tout en alliant plaisir et efficacité !

Prévoir un planning de révisions dès le début des vacances

La première étape pour préparer votre enfant à l’idée de revoir ses leçons consiste à définir un plan d’action. Le mieux serait de l’établir ensemble, afin que ce dernier ne considère pas ces temps de révisions comme une contrainte. Listez d’abord toutes les notions à reprendre pour chaque matière. Ensuite, réalisez un planning pour prévoir le travail à effectuer, en tenant compte des préférences de votre enfant. L’idéal reste de fixer des créneaux courts, mais réguliers, au moment où il sera le plus disposé à réviser. Privilégiez également les heures durant lesquelles vous serez disponible pour l’aider.

Enfin, vous devez garder à l’esprit que les vacances sont faites pour se reposer. Forcer votre enfant à travailler contre son gré serait contre-productif et risquerait de le démotiver.

Aider son enfant à assimiler les notions partiellement acquises

Plusieurs solutions existent pour permettre aux écoliers et aux collégiens de renforcer leurs connaissances. Vous pouvez bien sûr relire le contenu des cours et lui proposer de retravailler sur des exercices réalisés dans l’année. Pour un élève de primaire, on pense par exemple aux dictées de mots et de phrases, ainsi qu’aux calculs. Si votre élève est au collège, il pourra s’attarder sur les matières dans lesquelles il aimerait se remettre à niveau. L’intervention d’un professeur particulier à domicile se présente également comme un excellent moyen d’accompagner son enfant dans ses révisions cet été. Ce sera l’occasion pour lui de revoir les notions mal comprises et de progresser grâce à l’aide d’un enseignant qualifié et pédagogue.

Anacours propose aussi des stages intensifs de pré-rentrée en agence. Ces séances, organisées par petits groupes, permettent aux collégiens et aux lycéens de travailler une matière en profondeur sur une courte période. Il est également possible d’opter pour les stages intensifs à domicile.

Privilégier les activités ludiques et pédagogiques pour réviser tout en s’amusant

Parce que les vacances riment avec détente, pourquoi ne pas miser sur les activités ludo-éducatives ? Cela permettra à votre enfant de mettre ses connaissances à profit sans qu’il s’en rende compte. Outre les cahiers de vacances, il existe plusieurs solutions pour réviser en s’amusant. Profitez d’une soirée ou d’une journée pluvieuse pour partager un moment autour d’un jeu de société éducatif par exemple.

Les solutions numériques offrent aussi de réels avantages. Avec Anacours Online, les élèves disposent de nombreuses ressources pédagogiques accessibles en ligne, sur smartphone et tablette. Le E-cahier de vacances, disponible en juillet et août, permet aux élèves de revoir les notions étudiées à l’occasion de courtes séances quotidiennes. La plateforme propose des activités interactives et ludiques comme des quiz, des QCM ou des défis.

En alliant les révisions classiques aux activités récréatives, votre enfant profitera de son été pour se détendre, tout en préparant sa rentrée !

L’apprentissage d’une langue étrangère passe par la compréhension écrite, mais aussi par la familiarisation avec la prononciation et l’accentuation. En cours d’anglais, d’espagnol ou d’allemand, les élèves s’entraînent sur ces différents points. Mais en dehors du contexte scolaire, il peut leur paraître difficile de suivre une conversation ou de saisir le sens des paroles d’une chanson étrangère. Retrouvez ici nos conseils pour aider son enfant à améliorer sa compréhension orale.

Regarder des films et des séries en VO pour se familiariser avec l’accent et la prononciation

L’un des meilleurs moyens pour habituer l’oreille à la musicalité d’une langue étrangère consiste à regarder des films en version originale. Cette solution permettra à l’enfant de progresser, sans qu’il ait l’impression de travailler pour autant.

Dans l’idéal, mieux vaut lui proposer des films ou des séries qu’il connaît bien, puis sélectionner le sous-titrage en version originale (VO). Il pourra ainsi suivre les paroles et faire le lien entre l’écrit et la prononciation des mots. Cela l’aidera aussi à comprendre le sens des dialogues et de l’histoire dans son ensemble. Avec de l’entraînement, il pourra retirer les sous-titres et se concentrer uniquement sur l’oral. Un bon moyen de progresser en anglais ou en allemand, tout en alliant l’utile à l’agréable !

Améliorer sa compréhension orale grâce à différents supports audio

Vous souhaitez limiter le temps passé devant les écrans pendant les vacances d’été ? Rassurez-vous, il existe de nombreuses solutions pour progresser en langues sans s’en rendre compte. Qu’il soit au collège ou au lycée, l’élève peut écouter des podcasts ou des radios étrangères. Émissions, débats, reportages, etc. ; il trouvera des supports traitant de différentes thématiques. Cela favorisera sa compréhension orale et l’aidera à enrichir son vocabulaire.

Idéal pour se détendre tout en apprenant, le livre audio est aussi une bonne option. Pour les collégiens qui débutent l’apprentissage d’une langue, il est préférable d’écouter l’histoire en suivant le texte en même temps. L’élève peut éventuellement choisir un livre qu’il a déjà lu, afin de se concentrer uniquement sur la prononciation et le sens.

Utiliser les solutions Anacours pour progresser en anglais

Anacours accompagne les enfants dans l’apprentissage de l’anglais dès leur plus jeune âge. Des cours d’initiation sont proposés aux tout-petits, dès la maternelle, pour leur permettre de se familiariser avec la langue. À partir de l’entrée au CP, les élèves peuvent bénéficier de cours particuliers d’anglais à domicile. Ces séances, dispensées par des enseignants qualifiés, sont l’occasion de travailler sur la compréhension et la pratique de l’oral.

Le réseau Anacours est partenaire de Cambridge English et offre l’opportunité aux élèves d’obtenir une certification de niveau en anglais. Écoliers, collégiens, lycéens et étudiants peuvent se préparer à l’examen, accompagnés par un enseignant Anacours qui leur établira un programme personnalisé. Dès lors qu’il aura acquis les compétences requises, l’élève sera orienté vers un centre d’examen Cambridge English.

Enfin, les stages intensifs à domicile constituent aussi un excellent moyen d’aider son enfant à travailler sa compréhension orale pendant les vacances.

Rien de pire que de ne pas avoir le temps de conclure sa copie lors d’un examen ! Savoir gérer son temps tout le long d’une épreuve est indispensable, et permet de travailler avec sérénité. Découvrez avec nous comment vous organiser plus facilement durant vos différents examens.

L’importance du facteur temps durant une épreuve

Chaque type d’épreuve dure un temps donné, et pas une minute de plus. Une heure, deux heures, trois heures, voire quatre heures au maximum : il faut savoir tirer bénéfice du temps imparti.

Gérer correctement son temps au cours d’un examen écrit n’est en soi, pas si compliqué… quand on a l’habitude. Il n’est cependant pas rare, lors des premiers examens, de terminer dans la précipitation, ce qui n’est ni agréable pour l’élève, ni bénéfique pour la qualité de la copie. Cette bonne gestion du temps vient avec le temps et l’expérience, mais aussi en appliquant une certaine rigueur et une bonne méthode.

Nos conseils pour l’organisation pendant l’examen

Avant tout, il est important de préparer correctement son sac la veille de l’examen, avec chaque chose à sa place et plusieurs stylos. Vous gagnerez du temps et vous éviterez tout stress en début d’épreuve.

Nous vous conseillons d’utiliser une montre pour gérer votre temps : posez-la sur votre table, pour pouvoir consulter l’heure en un coup d’œil.

Le déroulement d’un examen doit être divisé en plusieurs parties. Vous devrez organiser votre temps différemment selon le type d’épreuve et la matière. Une fois les énoncés distribués, prenez tout d’abord le temps de choisir votre sujet. Puis, notamment si vous choisissez une dissertation, lisez bien l’énoncé, analysez le sujet et notez vos premières idées pendant un petit quart d’heure.

Réservez ensuite une bonne partie de l’examen (au moins un tiers, si ce n’est la moitié) pour la rédaction de votre brouillon. Vous pourrez ensuite rédiger au propre, sans précipitation. N’oubliez pas de garder au moins 20 minutes pour la rédaction de la conclusion, une étape souvent précipitée. Pour les copies rédigées, type dissertations, commentaires et explications de textes, prenez soin de réserver cinq à dix minutes pour la relecture en fin d’épreuve.

Il est bon de se fixer des repères temporels : par exemple, dites-vous qu’à telle heure, vous devrez obligatoirement passer à la rédaction au propre, ou encore commencer votre conclusion. Ainsi, ne vous attardez pas sur une étape, même si vous ne l’avez pas complètement terminée. Passez à la suite, quitte à revenir plus tard dessus.

Gérer son temps lors d’un oral

 Lors d’un examen oral, par exemple celui du Brevet, l’oral de français ou encore le grand oral du bac, il est indispensable de maîtriser son temps. Il s’agit même d’une composante cruciale pour la notation. Ainsi, il faut être capable de parler pendant un temps donné, ni plus, ni moins : pour calibrer cela, pas de secrets, il faudra vous entraîner en amont en vous chronométrant.

La dissertation est l’exercice par excellence des sciences humaines et sociales (philosophie, littérature, Histoire….). A partir du lycée et durant toutes les études supérieures, les élèves doivent régulièrement en rédiger. Maîtriser parfaitement la méthode et avoir les bons réflexes sont donc absolument indispensables : on vous partage nos conseils.

Le but d’une dissertation

Avant toute chose, il ne faut jamais perdre de vue l’objectif d’une dissertation, montrer que l’on a assimilé les cours mais aussi que l’on est capable de construire une réflexion sur la base de ses connaissances. La dissertation est un cheminement avec un commencement et une fin, qui suppose donc des liens logiques et des démonstrations.

Construire sa dissertation étape par étape

La première étape pour réussir sa dissertation consiste à décortiquer l’énoncé dans ses moindres détails. Il s’agira notamment de repérer les mots clés et de comprendre ce qu’implique le sujet, pour pouvoir dégager une problématique. N’hésitez pas à reformuler l’énoncé au brouillon avec vos propres mots. En ce début de réflexion, vous pouvez aussi coucher sur papier tout ce qui vous vient à l’esprit à ce moment-là. Cela peut aider à dégager des axes ainsi qu’à faire le tri dans ses idées.

Deuxième étape, toujours au brouillon : élaborer un plan à partir de la problématique à laquelle vous avez réfléchi. Vous cherchez alors des arguments pour expliquer et soutenir vos différents points. Vous pouvez associer ces arguments à des exemples, et les rassembler par idées et thèmes dans des paragraphes. Le plus souvent, un plan de dissertation est composé de trois parties, même s’il est possible d’opter pour deux. Plusieurs types de plans existent : thématique, analytique, comparatif, dialectique (le fameux « thèse, antithèse, synthèse »). Tout dépend du sujet, mais aussi de la matière.

Il n’est pas nécessaire de rédiger votre développement au brouillon — vous n’en aurez de toute façon pas le temps. Faire un plan détaillant chaque sous-partie, avec éventuellement les exemples à utiliser dans chacun des paragraphes, est suffisant. A la fin de chaque partie, n’oubliez pas de faire une transition vers la partie suivante.

Rédiger l’introduction et la conclusion

Une fois l’ensemble du plan détaillé mis au brouillon, et seulement à ce moment-là, vous pouvez vous penchez sur l’introduction. Vous rédigerez par contre de préférence celle-ci sur votre brouillon avant de la recopier au propre. Elle doit être particulièrement claire et organisée en quatre temps : présentation du contexte, reformulation du sujet, présentation de votre problématique, énoncé du plan.

Enfin, vous terminerez avec une conclusion, pour laquelle il faut bien penser à réserver du temps. Elle devra être plus courte que l’introduction, prendre la forme d’un bilan et proposer une ouverture.

Comment réviser efficacement et être fin prêt(e) pour les examens ? Anacours propose différentes solutions pour vous aider à réviser, à combler certaines lacunes ou encore à progresser sur des points méthodologiques.

Les cours particuliers pour réussir ses examens

Que cela soit en vue du brevet, du bac de français ou des épreuves orales et écrites du bac, se faire aider par un professeur expérimenté est une bonne solution. Ces périodes de révision peuvent de plus devenir très stressantes pour les collégiens et lycéens, qui gagneront alors beaucoup à bénéficier d’un encadrement professionnel. Les étudiants en classe préparatoire ou à l’université peuvent aussi avoir besoin d’aide et de solutions sur-mesure. Des cours sont proposés même dans les matières spécialisées, telles que le droit, l’économie ou l’informatique.

Les solutions Anacours pour préparer au mieux un examen

Plusieurs options existent pour préparer à fond ses examens, à commencer par les cours particuliers. A l’approche des examens, il sera possible de renforcer la fréquence de ceux-ci. L’enseignant élaborera alors un planning de révision avec l’élève et se concentrera sur les pré-requis de l’examen à venir pour le préparer au mieux. Il pourra également le coacher pour des épreuves orales spécifiques, notamment celles du brevet ainsi que le Grand Oral du bac.

Anacours a en outre mis en place des stages intensifs, qui sont organisés en agence. Ils sont proposés aux élèves de collège et lycée et se déroulent en petit groupe de 8 personnes maximum. Mis en place pendant les vacances scolaires ou à l’approche des examens, ils permettent de réviser en profondeur les matières générales : français, mathématiques, philosophie, anglais, physique-chimie…

Enfin, en complément des cours à domicile ou des stages en agence, la plateforme Anacours Online permet de réviser de son côté, à la maison. Les élèves de tous les niveaux, de la primaire à la terminale, peuvent ainsi avoir accès à des fiches de cours, des exercices interactifs, un planning de révision personnalisable, ou encore des annales corrigées et un tutorat en ligne.

Quels que soient les besoins des élèves, nos conseillers pédagogiques font un bilan avec les familles et proposent les meilleures solutions pour réussir la fin d’année.

Vous possédez une mémoire visuelle ? Il s’agit sans doute de l’une des plus répandues, avec la mémoire auditive. Il existe différentes manières de mieux mémoriser lorsque l’on a une mémoire visuelle : voici toutes nos astuces et nos conseils.

Quelques conseils pour exploiter au mieux une mémoire visuelle

Bonne nouvelle : une fois que vous avez déterminé quel type de mémoire vous possédiez, à vous de l’utiliser. Il n’est cependant pas rare de faire appel à plusieurs types de mémoires, pensez donc à les combiner.

Réaliser des fiches

Les fiches constituent un outil d’apprentissage tout indiqué pour les personnes visuelles, qui retiennent mieux par l’image. Le mieux est de pouvoir les faire à la main. Vous aurez ainsi votre propre écriture en tête, et pourrez insister sur tel ou tel mot, en l’écrivant plus gros, en le mettant en majuscule… etc.

 Si vous n’avez pas le choix, ou que vous préférez organiser vos cours sur ordinateur, nous vous conseillons alors de jouer sur les différentes polices et tailles de police, les couleurs de texte et de surlignage, ou encore la mise en gras ou l’italique.

Utiliser les couleurs

 Pour quelqu’un qui possède une mémoire visuelle, la couleur est un élément particulièrement important. Pensez tout d’abord à associer une couleur de fiche fixe à chaque matière. Ensuite, en réalisant ces fiches, vous pouvez jouer sur les couleurs du texte, du soulignage, et surtout du surlignage, pour mettre en valeur les points clés.

Réaliser des dessins, croquis et mind-mapping

En plus des fiches, pensez à donner « une forme » à vos cours. Vous pouvez donc, dans cet esprit, réaliser des tableaux, des schémas, des croquis, des frises chronologiques, des diagrammes, ou encore des cartes mentales… bref, tout ce qui peut vous aider à vous représenter l’information de manière visuelle et synthétique.

Accrocher vos cours au murs

 Si elle peut sembler étonnante, cette astuce est pourtant l’une des plus efficaces. En période de révision, notamment avant un examen, vous pouvez accrocher sur vos murs les informations importantes que vous souhaitez retenir : fiches, dates, frises, listes, formules, tableaux… soyez créatifs. L’idée est de les afficher à un endroit où vous êtes souvent, par exemple au-dessus de votre bureau… ou même dans les toilettes ! Cette méthode est particulièrement efficace si vous devez apprendre vos cours par cœur.

L’orthographe est importante tout au long des études ainsi que durant la vie professionnelle. Avoir une bonne orthographe est un atout indéniable, quand lutter avec les mots peut au contraire compliquer la scolarité. Voici donc quelques conseils pour vous réconcilier avec l’orthographe.

Faire le point sur son niveau d’orthographe

Avant toute chose, en cas de grosses difficultés à orthographier correctement les mots et à manier la langue française, il conviendra d’écarter au préalable tout diagnostic de troubles DYS, notamment la dyslexie et la dysorthographie, qui demandent toutes deux des prises en charge spécifiques.

Si vous ou votre enfant avez du mal avec l’orthographe, il faudra en fait travailler sur différents sujets ayant trait à la langue de Molière, qui peuvent être l’orthographe lexicale, la conjugaison ou encore la grammaire. Ainsi, commencez par dresser un bilan : pour cela, il vous faudra identifier quels types de fautes vous faites, ce qui vous permettra de savoir quels sont les points à améliorer. Avez-vous des difficultés avec les accords ? Avec tel ou tel temps, ou règle de grammaire ? Ou bien est-ce la connaissance même de l’orthographe des mots qui vous fait défaut ? Un fois ce bilan effectué, vous pourrez appliquer intelligemment nos conseils.

Lire et écrire le plus possible

On ne le dira jamais assez, il n’existe pas mieux que la lecture pour progresser sur tous les aspects de la langue française. L’orthographe est en effet d’abord une question de mémorisation des mots. La visualisation est ainsi un moyen très efficace pour apprendre l’orthographe, les règles, et globalement la logique de la langue. De même, c’est aussi en écrivant, ligne après ligne, que l’on apprend.

Se relire attentivement

L’auto-relecture est un réflexe essentiel à mettre en place le plus tôt possible. Il est indispensable de procéder à deux, voire trois relectures, de manière à se concentrer à chaque passage sur un aspect précis : d’abord les accords, puis la grammaire, la conjugaison… etc.

S’entraîner via des dictées et des quiz

Même s’il s’agit d’un exercice peu apprécié, la dictée reste un des exercices incontournables pour progresser en orthographe. Grâce aux outils numériques, il est désormais facile d’en faire en ligne. Vous trouverez également, sur internet ou sur des applications mobiles spécialisées, des quiz et exercices pour apprendre et se tester, tels que Le Projet Voltaire, qui est un excellent outil d’entraînement.

Faire des fiches

Si vous vous apercevez que vous butez souvent sur les mêmes mots, listez-les dans un abécédaire. Vous pouvez aussi y noter les mots inconnus que vous rencontrez lors de vos lectures.

Lors de l’apprentissage d’une langue, l’accent est souvent mis sur l’expression et la compréhension orale. Une fois les bases acquises, il est cependant indispensable de pouvoir également s’exprimer à l’écrit, surtout si l’on souhaite maîtriser la langue sous toutes ses formes. Alors comment progresser efficacement à l’écrit ? Découvrez tous nos conseils et les meilleurs exercices à réaliser.

Lisez de tout, tout le temps

Le conseil est valable pour toutes les langues, même votre langue maternelle. Peu importe le type de lecture, le genre ou le style, lire régulièrement est la meilleure façon de progresser. Romans, magazines, blogs, bandes-dessinées et comics, articles, journaux, essais… Plus les thématiques et les registres sont variés, plus vous découvrirez de tournures et de vocabulaire différents. Commencez bien sûr par des lectures à votre niveau.

Enrichissez votre vocabulaire et votre grammaire

Il est plutôt facile d’écrire des phrases simples dans une autre langue. Mais pour faire progresser votre expression et votre style, il va falloir améliorer votre syntaxe, mais aussi votre vocabulaire. Il est donc conseillé de bannir les mots simplistes et beaucoup trop répétés. Pour prendre l’exemple de l’anglais, il s’agit de mots comme very, really, so, beautiful, good, bad, happy… ainsi que les verbes auxiliaires comme be et have. Le but sera de supprimer ou de remplacer ces mots pauvres. Ainsi, happy peut être substitué par glad ou pleased, et very angry par furious. Le dictionnaire des synonymes sera un allié précieux pour acquérir une large variété d’adjectifs et de verbes.

Dans la même veine, vous pouvez apprendre des expressions propres à la langue, ce qui enrichira encore votre style.

Rédigez à la main

Écrivez à la main plutôt que sur ordinateur. En effet, l’écriture manuscrite permet de prêter davantage attention à ce que l’on va écrire, tout en stimulant grandement la mémoire. En outre, sur papier, vous ne pouvez pas vous reposer sur le correcteur orthographique…

Relisez-vous attentivement

Après avoir rédigé un texte dans une langue étrangère, prenez l’habitude de vous relire systématiquement. Cela vous permettra de vérifier si les phrases ont globalement du sens et de vous assurer que vous n’avez pas fait de fautes d’orthographe ou d’inattention.

Exercez-vous régulièrement

Pour progresser dans une langue étrangère, il n’y a pas de secret : il faut s’exercer. Cela vaut tout autant pour l’oral que pour l’écrit. De nombreux exercices s’offrent ainsi à vous : dictées, textes à trous, recherche de synonymes et d’antonymes… Vous pouvez également rédiger vous-même de petits textes pour vous entraîner : écrivez un résumé de film, de livre ou d’article, une lettre d’amour, un conte… Laissez marcher votre imagination !

Une consigne est un énoncé qui indique avec le plus de précision possible la tâche à accomplir par l’élève ou l’étudiant. Savoir lire, et donc comprendre, puis appliquer les consignes d’un exercice ou d’un devoir, est une compétence qui conditionne en partie la réussite scolaire. Comment être certain de bien comprendre un consigne ? On fait le point.

L’importance des consignes durant la scolarité et les études

Tout au long de leur scolarité, en classe ou lors d’examen, les élèves doivent exécuter les consignes données par leurs professeurs, à l’oral comme à l’écrit. Or on constate que souvent, une mauvaise lecture, et donc une compréhension erronée, peut être à la source d’erreurs dans les exercices — et ce indépendamment, des connaissances de l’élève. Cela peut même être la source d’échec lors d’examens, car certains élèves peuvent être hors-sujet, ce qui est sévèrement jugé.

C’est pourquoi travailler cette compétence de compréhension des consignes est indispensable : en effet, respecter une consigne, cela s’apprend… comme tout.

Quelques conseils à appliquer pour mieux comprendre les consignes

Les élèves peuvent suivre différentes étapes pour acquérir une méthodologie. Il s’agit en fait de mettre en place des automatismes de lecture de consignes :

  • Prendre le temps de lire lentement pour comprendre
  • Identifier et respecter la chronologie pour les consignes à étapes
  • Souligner les mots importants
  • Pour un énoncé de problème, bien distinguer ce qui est injonctif de ce qui est informatif
  • Être attentif au vocabulaire employé : de nombreux termes, trop imprécis ou mal compris, peuvent entraîner des confusions
  • Être vigilant quant à la précision des termes employés (souligner est différent de rayer ou surligner)
  • Prendre le temps de réfléchir, de bien analyser les informations, avant de donner une réponse
  • Reformuler régulièrement la tache à accomplir tout au long de l’exercice, quitte à relire régulièrement la consigne
  • Toujours être à l’affut du moindre hors-sujet
  • Relire sa production en considérant uniquement la formulation de la consigne et s’assurer de l’avoir bien respectée

Ainsi, ces quelques habitudes de travail pourront permettre une lecture de consignes efficace, garante de la réussite de l’exercice, du devoir ou de l’examen. Une fois la méthode intégrée, elle deviendra un automatisme qui facilitera grandement la vie de l’élève.

Les étudiants des filières d’études supérieures peuvent, eux aussi, se faire accompagner par un enseignant expérimenté. Le but ? Mettre en place un programme personnalisé pour apprendre à s’organiser, adopter de nouvelles méthodes de travail ou encore savoir aborder sereinement les partiels et les examens. Quels sont les différents cours proposés par Anacours aux étudiants du supérieur ?

 

Prendre ses marques pour les études supérieures

Le passage en première année d’études post-bac est un moment charnière. L’arrivée dans un nouvel établissement (voir une nouvelle ville !), l’intégration d’un nouveau système, de méthodes de travail et d’évaluations différentes demandent un temps d’adaptation. Les nouveaux étudiants peuvent parfois se sentir démunis face à tant de nouveautés, dans un système qui demande souvent une grande part d’autonomie et de prise en main personnelle.

C’est pourquoi les difficultés les plus importantes se concentrent principalement sur les deux premières années après le baccalauréat. Elles sont souvent liées à des problèmes de méthodes, d’organisation dans le travail personnel, mais aussi de lacunes provenant de fondamentaux mal assimilés. La charge de travail peut également considérablement augmenter, notamment en classe préparatoire. Selon les filières et les établissements (université, classes préparatoire, BTS, écoles privées…), les élèves doivent ainsi s’adapter rapidement aux différents fonctionnements. Or, tout ceci peut ainsi engendrer du stress, du découragement… voire un décrochage.

 

Un accompagnement sur-mesure avec Anacours

C’est pourquoi un accompagnement tout au long de l’année — ou bien ponctuel pour préparer certains examens — peut être particulièrement bénéfique. Les professeurs Anacours spécialisés sur les études post-bac sont en mesure d’accompagner les élèves afin d’approfondir les notions abordées en cours, les aider à s’organiser et à acquérir les bonnes méthodes. Ils peuvent notamment préparer les élèves aux colles de prépas ainsi qu’aux partiels à l’université.

Les enseignants recrutés ont tous l’expertise et la maîtrise des différentes filières d’études post-bac. Anacours est ainsi en mesure de vous proposer des enseignants qualifiés, tant sur les matières générales (mathématiques, littérature…) que spécialisées (économie, droit, comptabilité…). Un rythme de deux heures de cours par semaine est conseillé : votre conseiller pédagogique en agence pourra vous aider à faire le point sur cette question.

 

Votre professeur particulier sera ainsi en mesure de vous proposer un véritable tutorat et vous accompagner régulièrement pour aborder sereinement toutes les nouveautés des études supérieures.