Comment se préparer à l’entrée au lycée ?

L’entrée en classe de seconde marque un grand changement dans la vie des élèves qui passent du statut de collégien à celui de lycéen. Comment bien se préparer à l’arrivée dans un nouvel établissement et aux nouvelles exigences du lycée ?

Lycée : un fonctionnement différent

L’entrée au lycée marque un nouveau cap pour le collégien, qui devient dès lors lycéen en passant de la troisième à la classe de seconde. Il doit se préparer à un rythme de cours plus soutenu, à un programme plus dense, à des exigences renforcées de la part des professeurs. C’est également le moment où l’objectif du bac commence à se fait sentir.

Il faut en être conscient : au lycée, tout s’accélère. Il est demandé aux élèves beaucoup plus d‘autonomie et d’organisation personnelle. Les professeurs ne tiennent plus les élèves par la main : chacun doit apprendre à prendre des notes en cours, à réviser d’eux-mêmes leurs leçons, même sans demande de la part de l’enseignant. Le nombre d’heures de cours est plus important, les devoirs sont donnés plus en amont : à chacun donc de s’organiser pour gérer et équilibrer ses temps de travail et de loisirs. En outre, les exigences des professeurs montent d’un cran en seconde : pas de panique donc si vos notes baissent au début de l’année, cela demande un peu de temps pour s’adapter. La seconde est une année où il faut se mettre rapidement au travail, surtout que les élèves rencontrent de nouvelles matières (les spécialités). En cas de faiblesses dans certaines matières, il peut être judicieux de suivre un stage d’été durant les grandes vacances, de manière à être prêt pour la rentrée, et à ne pas accumuler les lacunes.

Une liberté nouvelle en classe de seconde

Un des grands marqueurs du lycée est que les ados disposent de bien plus de libertés. Pour preuve, les heures de permanence n’existent plus : en cas de trou entre deux cours, ou d’annulation, ils sont libres de quitter l’établissement. Il est attendu des élèves qu’ils soient plus responsables et fassent preuve de maturité.

L’arrivée au lycée, c’est aussi un moment important au niveau de la sociabilisation. Les élèves viennent tous de collèges différents. La rentrée est donc l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes, et ainsi de créer des liens forts.

Parcoursup 2021 : l’heure des choix

12,3 millions de vœux ont été formulés cette année par les lycéens sur Parcoursup. Ces derniers avaient jusqu’au 8 avril pour les déposer en cette année scolaire si particulière. Le mois de juin est celui des choix sur Parcoursup : que faut-il savoir et comment se décider pour la suite ?

Le calendrier de la fin de l’année sur Parcoursup

Les élèves ont finalisé leurs dossiers en avril. Dès le 27 mai, ils ont commencé à recevoir, directement sur leur espace, les premières réponses des établissements. Elles arrivent au fur et à mesure : c’est un « oui », ou un « oui, si ». Les lycéens doivent obligatoirement répondre à chacune d’entre elles. Ils peuvent l’accepter, la refuser ou la mettre en attente. Il faut en outre respecter les délais affichés pour répondre. Au début, vous aurez 5 jours pour répondre, puis 4, puis 3. Vous ne pouvez accepter qu’une seule proposition, mais vous pouvez en mettre plusieurs en attente.

Les dernières réponses des établissements peuvent être reçues jusqu’au 14 juillet. Cette phase d’admission principale se termine le 16 juillet : à cette date, vous devrez avoir accepté définitivement une proposition. Avec les résultats du bac le 6 juillet, vous pouvez alors vous inscrire dans un établissement si vous avez déjà fait votre choix.

En parallèle, à partir du 16 juin s’ouvre la phase complémentaire, qui dure deux mois. Elle est utile si vous n’avez pas reçu de réponse positive : vous avez alors la possibilité de formuler dix nouveaux vœux, dans les formations qui ont des places restantes.

Comment faire son choix ?

Si vous êtes accepté dans plusieurs formations qui vous intéressent, il va falloir faire un choix, et ce, dans les délais impartis. Première question à se poser : quelle formation est celle qui correspond le plus à votre projet professionnel et à vos envies ? De nombreux critères permettent d’orienter votre décision finale : s’agit-il d’une formation reconnue ? Quels sont les débouchés professionnels ? La formation est-elle assez spécialisée ? Les autres critères peuvent aussi être les équipements de l’établissement, ou encore son emplacement. Selon vos plans pour vos études, vous pouvez aussi prendre en compte les options internationales proposées.

Par ailleurs, n’oubliez pas que vous pouvez accepter une proposition, tout en indiquant dans votre dossier que vous souhaitez maintenir vos vœux en attente pour une ou plusieurs formations qui vous intéressent davantage.

Si vous n’arrivez pas à vous décider, n’hésitez pas à demander un avis à votre famille et à vos amis, ou encore à vos professeurs — leurs conseils peuvent être précieux.

Tout savoir sur le redoublement

Autrefois courant, le redoublement est devenu exceptionnel depuis 2014. Rester au même niveau deux années de suite est ainsi évité au maximum. Comment ça fonctionne, qui décide… on vous dit tout sur les principes et la mise en place d’un redoublement de classe.

Le redoublement, c’est quoi ?

Le redoublement consiste, pour un élève, à refaire la même année deux fois de suite, si ses acquis ne s’avèrent pas assez solides. Le redoublement est un principe très français : il n’existe pas dans de nombreux pays européens, tels que l’Allemagne ou l’Espagne, qui préfèrent mettre en place des cours de rattrapage pour les élèves qui ont rencontrés des difficultés lors de l’année scolaire.

Les bienfaits du redoublement ont toujours été beaucoup discutés, entre ceux qui en sont partisans, arguant que les résultats scolaires sont meilleurs lors de la seconde année, et ceux qui le jugent inutile, voire néfaste et démotivant. Il est nécessaire d’envisager d’autres solutions avant un redoublement, qui doit être vu comme un dernier recours. Si l’élève rencontre par exemple des difficultés dans une seule matière, des cours de soutien à domicile peuvent être extrêmement bénéfiques. La réorientation — notamment à la fin de la classe de troisième — peut également être une piste à envisager.

Les règles du redoublement en primaire

Entre 2014 et 2018, le redoublement n’était possible qu’en cas de rupture des apprentissages, c’est-à-dire qu’après une longue interruption de la scolarité. Depuis 2018, ses cas d’applications se sont élargis. Il est cependant toujours proscrit en maternelle.

En primaire, il devient possible, même s’il sera évité au maximum. C’est le conseil des maitres du troisième trimestre qui statue sur les propositions d’orientation de l’année suivante : passage en classe supérieure, saut de classe, ou bien redoublement. La proposition de redoublement se fait sur avis de l’inspecteur de l’Éducation Nationale, et après discussion avec les parents. En outre, un redoublement est toujours accompagné d’un accompagnement spécifique pour l’élève, tel qu’un programme personnalisé de réussite éducative (PPRE).

Le redoublement au collège et au lycée

Au collège et au lycée, le conseil de classe donne son avis sur l’orientation lors du dernier trimestre. C’est ensuite le chef d’établissement qui peut décider d’un redoublement, et ce, uniquement lorsque le dispositif d’accompagnement pédagogique n’a pas permis de mettre fin aux difficultés de l’élève. Avant la prise de décision définitive, une discussion est toujours engagée entre la famille et l’équipe éducative.

Avant la fin du collège, un seul redoublement peut avoir lieu. Un second peut exceptionnellement être autorisé, mais uniquement avec l’accord du Dasen (directeur académique des services de l’Éducation nationale).

Délégué de classe : quel rôle à jouer ?

Les délégués de classe représentent leurs camarades auprès des enseignants et de l’ensemble du personnel éducatif. Leur rôle est essentiel dans la vie d’une classe. Dans le détail, quelles sont précisément les missions d’un élève qui devient délégué pour une année ?

L’élection des délégués de classe

Dans chaque classe de collège et de lycée, deux délégués titulaires et deux délégués suppléants sont élus chaque année. L’élection a lieu généralement en octobre, avant la fin de la sixième semaine de cours de l’année. Chaque candidat a d’abord la possibilité de se présenter en quelques mots devant la classe. Il est aussi possible qu’un élève qui ne se soit pas présenté soit élu si les élèves ont voté majoritairement pour lui — s’il est d’accord, bien entendu. Le scrutin a lieu à bulletins secrets, en deux tours majoritaires.

Quels sont les rôles et devoirs d’un délégué ?

Le rôle d’un délégué est de se faire porte-parole de sa classe et de chacun de ses élèves auprès de l’ensemble de l’équipe éducative et administrative de l’établissement.

Les délégués participent notamment aux conseils de classe ainsi qu’aux conseils de discipline. À ce titre, ils peuvent s’exprimer au nom de leurs camarades, par exemple pour les défendre ou pour apporter des informations supplémentaires. Ils doivent en outre faire un compte rendu de ce qui a été dit durant le conseil à chaque élève.

Le délégué est aussi l’interlocuteur privilégié des enseignants, ainsi que du CPE. Il peut également discuter avec eux de l’organisation des heures de vie de classe, de l’orientation des élèves, etc. Ils sont aussi en mesure de transmettre les remarques ou questions des élèves à l’administration, et inversement.

Les délégués doivent cependant observer des règles : respecter la parole des autres, la chaîne hiérarchique, mais aussi veiller à la confidentialité des informations qu’ils reçoivent, notamment de la part des élèves.

Quelles qualités pour un bon délégué ?

Comme il sert de relais entre adultes et élèves, un délégué se doit d’être investi de sa mission, et d’être à l’écoute. Être délégué signifie en outre prendre la parole en public, et être en capacité d’argumenter : c’est pourquoi il vaut mieux être à l’aise à l’oral et avoir confiance en soi. Ils doivent également être capable de faire preuve d’objectivité, d’impartialité, et de calme en toute situation.

Les enjeux du troisième trimestre

Au cours d’une année scolaire, divisée en trois trimestres, le troisième est sans aucun doute le plus important pour les élèves, qui doivent confirmer leurs efforts ou encore faire des choix d’orientation. Quels sont les différents enjeux du troisième trimestre selon les classes ?

Le troisième trimestre au collège

Durant les quatre ans au collège, le troisième trimestre est l’occasion soit de confirmer ses acquis, soit d’améliorer ses notes en cas de faiblesses. C’est aussi à ce moment que se déroule le dernier conseil de classe de l’année, où l’équipe enseignante donnera ses recommandations concernant l’année suivante.

Le troisième trimestre est tout particulièrement important pour les élèves en classe de troisième. C’est d’abord le moment où ils confirment réellement leur réflexion sur leur orientation (seconde générale et technologique, seconde professionnelle, CAP…). Mais c’est aussi à cette période qu’ils passeront le diplôme national du brevet qui comprend des épreuves écrites et orales.

Le troisième trimestre en seconde et première

La seconde donne le ton pour les futures études supérieures des élèves. Après avoir réfléchi durant le deuxième trimestre au trois matières de spécialités qu’ils souhaitent suivre l’année suivante, les élèves émettent officiellement leurs voeux au troisième trimestre. En juin se tient le dernier conseil de classe : ce dernier donne une réponse finale, et valide définitivement la série choisie ou les trois spécialités obligatoires, ainsi que les enseignements optionnels.

En classe de première, le planning d’un élève est chargé au troisième trimestre. En effet, chacun passe une épreuve sur la spécialité qu’il choisit de ne pas poursuivre l’année suivante. Cette épreuve écrite fait partie des évaluations communes (EC) du bac.

Mais ce n’est pas tout : la deuxième série des EC se tient aussi durant les derniers mois de l’année scolaire. Enfin, les épreuves terminales anticipées de français écrit et oral (bac de français) se déroulent quant à elle au mois de juin.

Une très grande partie du travail fourni et des connaissances acquises sont donc jugées durant le troisième trimestre de première.

Le troisième trimestre en terminale

 Bien évidemment, le troisième trimestre de terminale clos le lycée pour les élèves, avec l’obtention du bac et les résultats des voeux pour les études supérieures.

Ainsi, la dernière session d’Evaluations Communes a lieu durant le troisième trimestre. Cette période très intense est aussi celle des épreuves terminales du baccalauréat : il s’agit de celle de philosophie ainsi que du grand oral. À partir du mois de mai, les élèves doivent aussi faire leurs choix d’orientation, puisqu’ils commencent à recevoir des réponses de la part de formations sur Parcoursup.

Bac 2021 : le contrôle continu

Dans la nouvelle formule du baccalauréat mise en place en 2020, le contrôle continu prend une place majeure, au détriment des épreuves finales. Comment est constitué et évalué ce fameux contrôle continu durant les classes de première et terminale ?

La place du contrôle continu dans le nouveau bac

Il est important de retenir que les notes du baccalauréat sont récoltées à la fois durant la première et la terminale. Les règles du contrôle continu du bac sont les mêmes pour les deux classes.

C’est simple : la note finale du bac est constituée à 40 % du contrôle continu.

Ce contrôle continu est lui-même sous-divisé en plusieurs modules. Il est constitué à 30 % des notes des Évaluations Communes (passées en première et terminale) et à 10 % des notes des bulletins scolaires (également de première et terminale).

Le travail en continu et les efforts tout au long de l’année sont ainsi récompensés par ce système d’évaluation propre au nouveau bac, bien loin des épreuves finales majeures du bac « ancienne formule ». Des épreuves terminales demeurent cependant, avec la philosophie et le grand oral.

Les évaluations communes en première et terminale

Les trois séries d’épreuves communes évaluent à l’écrit :

  • L’enseignement scientifique
  • L’histoire-géographie
  • La langue A et la langue B
  • L’enseignement de spécialité suivi uniquement en première

Chaque matière profite d’un coefficient de 5.

Pour organiser ces épreuves communes en première et terminale, les lycées ont accès à une « banque nationale numérique de sujets ». Toutes les épreuves sont écrites (sauf une partie orale pour les langues), et se déroulent sur 1h à 2h selon la matière. Deux sessions d’EC ont lieu en première, et une en terminale.

La première série d’EC se déroule en première entre janvier et mars (histoire-géographie, langues A et B). La deuxième série se tient au troisième trimestre de première, et évalue l’histoire- géo, les langues et l’enseignement scientifique. La troisième et dernière série a lieu en terminale entre avril et juin (histoire-géographie, langues A et B, enseignement scientifique).

Enfin, durant le troisième trimestre de première, les élèves passent une épreuve portant sur l’enseignement de spécialité qu’ils ont décidé de ne plus suivre en terminale. L’EPS, quant à elle, est également évaluée dans le cadre des EC : sa note est constituée de la moyenne des trois contrôles (les CCF) passés pendant l’année de terminale.

Crise sanitaire : les changements dans l’organisation du bac cette année

Cette année scolaire est perturbée par la crise sanitaire due au Covid-19. Alors que la nouvelle formule du baccalauréat en est encore à ses débuts, l’organisation des épreuves se voit modifiée pour s’adapter à la situation. Quels sont les changements prévus ?

Annulation des évaluations communes en première et terminale

Les évaluations communes ont normalement lieu au deuxième ou troisième trimestre, et comptent pour 30 % de la moyenne du bac. Cette année, ces trois évaluations communes sont annulées pour les terminales comme pour les premières, et remplacées par les moyennes des bulletins scolaires de l’année.

Annulation des épreuves de spécialités en Terminale

Les enseignements de spécialités ne seront pas évalués via des épreuves écrites au mois de mars comme prévu, mais sur la base des moyennes des trois trimestres de terminale de ces enseignements, c’est-à-dire en contrôle continu. Ces épreuves comptaient pour un tiers de la note du bac.

Les sujets qui étaient prévus pour les épreuves de mars seront exceptionnellement divulgués dans la banque nationale de sujets. Les professeurs pourront ainsi organiser des évaluations sur la base de ces sujets pour le contrôle continu des élèves.

Un guide relatif à l’évaluation en contrôle continu sera publié, pour garantir l’égalité de traitement des candidats. Des commissions d’harmonisation se tiendront à la fin de l’année pour contrôler l’égalité entre les élèves.

L’épreuve de philosophie en terminale et l’épreuve de français en première

Pour le moment, les épreuves terminales du mois de juin sont maintenues, ainsi que l’épreuve anticipée de français en classe de première.

Les sujets subiront cependant des modifications. L’épreuve de philo comportera en effet quatre sujets au total (un sujet de commentaire de texte et trois sujets de dissertation) au lieu de deux initialement.

L’épreuve écrite de français demeure elle inchangée. Pour l’épreuve orale, le nombre de textes à présenter par les élèves sera ramené à 14 minimum en voie générale, et à sept textes en voie technologique.

A noter qu’en raison de la crise sanitaire et grâce à une ordonnance, le gouvernement a la possibilité de modifier les modalités du bac 2021 jusqu’à deux semaines avant le début des épreuves.

Qu’est-ce qu’un stage intensif en agence ?

Les cours particuliers représentent une excellente manière de progresser tout au long de l’année. Les stages intensifs organisés dans les agences Anacours permettent eux de travailler une matière en profondeur, ou de préparer au mieux un examen. Comment se déroulent-ils et comment inscrire son enfant ?

Un stage intensif, qu’est-ce que c’est ?

Les stages de révisions sont proposés en petits groupes d’élèves dans nos agences. Ils permettent de travailler une matière en profondeur sur une courte période, de manière intensive et ciblée, en profitant du temps offert par les vacances scolaires. C’est aussi l’occasion pour l’élève d’acquérir des méthodes de travail précises et précieuses. Tous les élèves profitent d’une dynamique de groupe inspirante, ou chacun participe et s’entraide, tout en étant parfaitement épaulé par le professeur.

Les stages sont proposés aux élèves de collège et lycée, dans des matières générales, telles que les maths, le français, l’anglais, la physique-chimie… etc. Certains stages proposent aussi de travailler sur la méthodologie, ou de se préparer à des examens importants tels que le brevet ou le bac.

Tous les professeurs intervenants possèdent au minimum un niveau Bac +4/+5, et sont expérimentés dans la gestion des groupes.

Comment se déroulent les stages de révision ?

Les stages se déroulent généralement sur 5 jours consécutifs, par modules de 2 heures, du lundi au vendredi, le matin ou l’après-midi, et ce durant les vacances scolaires. En tout, un stage dure 10h.

Des petits groupes homogènes d’environ 5 élèves sont formés (maximum 8). Avant le début du stage, l’élève reçoit un bilan qu’il doit remplir, et qui permettra au professeur de connaitre le niveau et les objectifs de chacun. 

Au cours de chaque séance, le professeur rappellera les leçons et points du programme, et fera travailler les élèves sur des exercices, dans une ambiance d’émulation. En fin de stage, un bilan complet est transmis à l’élève et à sa famille.

Pour prendre connaissance des différents stages intensifs (et leurs dates) proposés dans l’agence Anacours la plus proche de chez vous, rendez vous en bas de cette page. Pour plus de détails et pour finaliser l’inscription, rapprochez-vous de votre conseiller pédagogique.

Lycée : les enseignements optionnels

En plus du tronc commun et des spécialités, les lycéens peuvent choisir jusqu’à deux enseignements optionnels supplémentaires. Quelles sont les différentes matières proposées aux élèves ?

Les enseignements optionnels en seconde

En seconde, les élèves peuvent suivre, uniquement s’ils le souhaitent, une ou deux matières optionnelles. Si l’élève en choisit deux, il devra obligatoirement suivre un enseignement général, et un enseignement technologique.

Les matières sont nombreuses et variées :

  • langues et cultures de l’Antiquité : latin
  • langues et cultures de l’Antiquité : grec
  • Langue vivante C étrangère ou régionale
  • langue des signes française
  • arts (arts plastiques, cinéma-audiovisuel, histoire des arts, danse, musique ou théâtre)
  • EPS
  • arts du cirque

Les enseignements technologiques sont eux au nombre de huit :

  • management et gestion
  • santé et social
  • biotechnologies
  • sciences et laboratoire
  • sciences de l’ingénieur
  • création et innovation technologiques
  • création et culture-design
  • culture et pratique de la danse, de la musique ou du théâtre

Par semaine et selon les options choisies, cela représente 1h30 à 6h de cours. Il est nécessaire de consulter son lycée pour s’assurer des matières optionnelles qui y sont proposées.

Les enseignements optionnels en première et terminale

En première générale, les élèves peuvent ensuite choisir une seule option, parmi :

  • langues vivantes C (dont les langues régionales)
  • arts
  • EPS (en plus des deux heures par semaine obligatoires)
  • langues et cultures de l’Antiquité (l’option LCA est évaluée au contrôle continu et donne lieu, le cas échéant, à un bonus)

Puis, en terminale, l’élève peut choisir en plus un second enseignement optionnel parmi :

  • mathématiques expertes (uniquement si l’élève suit déjà la spécialité maths)
  • mathématiques complémentaires (si l’élève ne suit pas de spécialité maths)
  • droit et grands enjeux du monde contemporain

Chaque matière ajoute 3h de cours par semaine.

Les enseignements optionnels sont évalués en contrôle continu, aussi bien en première qu’en terminale.

Comment travailler les langues étrangères au quotidien ?

En plus des cours à l’école, il peut être utile de travailler de son côté les langues vivantes. Que cela soit l’anglais ou tout autre langue, il est possible de progresser de façon ludique. Voici quelques pistes pour s’améliorer en langue à la maison.

Regarder des films en version originale

Une des solutions les plus ludiques pour travailler les langues au quotidien est de regarder ses films, séries ou encore documentaires en version originale. Il s’agit d’un bon moyen pour progresser, notamment en compréhension orale. Commencez par mettre votre film en VO avec des sous-titres français. Vous pourrez ensuite mettre les sous-titres dans la langue du film (par exemple un film américain sous-titré en anglais), puis finalement vous passer de sous-titres quand vous atteignez un bon niveau. Cette méthode permet  aussi d’enrichir son vocabulaire.

Cela fonctionne aussi avec des vidéos YouTube, des streams de jeu vidéo… tout ce qui peut vous intéresser sur le net.

Lire des livres et s’informer

Côté compréhension écrite, la lecture est votre meilleure alliée. Lire des livres en version originale est une excellente méthode pour progresser. Si vous n’êtes pas sûr de vous, vous pouvez commencer par un roman que vous avez déjà lu en français, et vous aider d’un dictionnaire.

Bien entendu, vous pouvez aussi privilégier les bandes dessinées, comics ou magazines que vous pourrez trouver en langue originale.

Pensez également à vous informer dans la langue dans laquelle vous souhaitez progresser : lisez des articles de presse, écoutez la télé… etc. Cela vaut aussi pour les réseaux sociaux : n’hésitez pas à vous abonner à des pages de médias étrangers, par exemple.

Vous pouvez aussi vous tourner vers les forums et communautés présentes en ligne, à l’image du site Reddit, où les échanges se font majoritairement en anglais. Vous pourrez y pratiquer votre anglais écrit en postant des commentaires.

Suivre des cours de langue avec Anacours

Pour progresser rapidement dans une langue étrangère, une excellente solution est de suivre des cours avec un professeur particulier, pour profiter d’un soutien hebdomadaire régulier.

Anacours met à disposition plusieurs offres, notamment pour ce qui est de l’anglais : les cours à domicile, les cours collectifs ou encore les Masterclass en agence. Les cours peuvent en outre être complétés par l’accompagnement en ligne avec Anacours online, où vous avez accès à des leçons, des exercices, des quiz d’évaluation.

N’oubliez pas que la clé de la progression dans une langue est la régularité et la répétition : chaque petit apprentissage chaque jour sera donc utile.