Pourquoi étudier les langues anciennes ?

Latin et grec ancien sont étudiés depuis le XIXe siècle à l’école et à l’université. Historiquement, il s’agit de matières très importantes. L’étude de ces langues mortes permet entre autres de mieux comprendre la littérature et la culture françaises. Sans compter les points supplémentaires aux examens ! Focus sur les avantages des options facultatives latin et grec pour les collégiens et les lycéens.

Les bénéfices de l’enseignement du latin et du grec au collège

Les élèves peuvent choisir une option facultative, dont les langues anciennes (latin ou grec) à partir de la classe de 5e. Cette option représente une à deux heures de cours supplémentaires par semaine en 5e puis de deux à trois heures de cours en 4e et 3e. Petit conseil : seuls les élèves qui se passionnent pour les langues devraient choisir ces options, sans quoi le manque de motivation mènera sans aucun doute à l’abandon total de la matière.

Les cours de latin et de grec sont l’occasion, pour les professeurs, de proposer un enseignement riche, sur l’ensemble de la culture antique méditerranéenne. Pour les élèves, qui sont entièrement là par choix personnel, c’est une chance de découvrir la Grèce antique et sa culture fondatrice, ainsi que les dessous de l’Empire romain. En effet, outre l’étude de textes de grands auteurs antiques, c’est aussi l’Histoire, la culture et les codes artistiques, les mythologies, la philosophie de ces civilisations, qui sont abordés. Il s’agit d’une belle façon de se cultiver et de s’enrichir, voire de déclencher une passion pour les langues ou pour l’Histoire de l’art !

L’autre avantage majeur de l’apprentissage des langues mortes, surtout du latin, c’est qu’il permet à coup sûr de progresser en français, de comprendre ses mécanismes et d’enrichir son vocabulaire. La découverte de l’étymologie permet de mieux comprendre un certain nombre de construction de notre langue.

Les points bonus aux examens du Brevet et du Baccalauréat

En outre, suivre des cours de langues anciennes peut être avantageux pour la note du Diplôme National du Brevet, puisque cela peut rapporter des points supplémentaires (jusqu’à 20 points), sur la base du contrôle continu.

Au bac, l’évaluation de ces options facultatives se fait également en contrôle continu, sur les classes de première et de terminale. Ainsi, seuls les points au-dessus de la moyenne comptent, pour une coefficient 3. De plus, cela permet de valoriser son dossier scolaire pour l’orientation post-bac.

Comment apprendre facilement la seconde langue vivante ?

Dès la classe de 5e, les collégiens choisissent une seconde langue vivante, après la première (anglais ou allemand). Ils doivent alors apprendre à maîtriser deux langues étrangères, qu’ils étudieront pendant plusieurs années. Quelles sont les bonnes pratiques et techniques pour mieux assimiler cette seconde langue ?

Choisir sa seconde langue vivante

Avant de commencer à l’apprendre, il faut la choisir. Si l’anglais n’est pas la LV1, elle devient obligatoirement la LV2. Dans les faits, 95,4 % des élèves choisissent l’anglais en LV1. Certains commencent aussi la LV2 dès la sixième, s’ils sont inscrits en classe bilangue. Si 72 % des collégiens préfèrent l’espagnol comme seconde langue vivante, l’offre peut parfois être large, selon les établissements : allemand bien sûr, italien, chinois, arabe, japonais,…etc, mais aussi les langues régionales telles que le breton, le basque ou encore le corse.

Concernant le choix, la motivation de l’enfant est un paramètre essentiel. Les parents peuvent encourager leur progéniture à trouver des affinités pour la langue vivante qu’il apprendra : intérêt pour un pays et sa culture, histoire familiale… En outre, il est bon de tenir compte de la personnalité de l’enfant. S’il souhaite parler une langue rare et éloignée du français telle que le japonais, il serait préférable qu’il soit très organisé et volontaire.

Comment mieux assimiler la seconde langue vivante ?

 La seconde langue s’appréhendera comme la première. Le premier réflexe sera bien sûr de travailler ses leçons, mais aussi d’apprendre, parfois par cœur, certaines règles grammaticales ou de conjugaison. L’expression orale n’est surtout pas à négliger : l’élève doit à la fois écouter et participer en classe, de manière à pratiquer réellement la langue vivante, et à travailler sa prononciation.

En parallèle des cours, il est tout à fait possible de s’entraîner autrement pour assimiler mieux et plus rapidement la LV2. Une des solutions les plus ludiques pour pratiquer les langues au quotidien est de regarder des films, séries ou encore documentaires en version originale, avec ou sans sous-titres, selon le niveau.

Côté compréhension écrite, la lecture est votre meilleure alliée. Se plonger dans des livres dans une autre langue est une bonne méthode pour progresser. Pensez également à vous informer dans la langue dans laquelle vous souhaitez progresser : lisez des articles, écoutez la télé… etc.

Enfin, pour progresser plus rapidement, une excellente solution est de suivre des leçons avec un professeur particulier, pour profiter d’une aide régulière. Anacours propose des cours de soutien dans plusieurs langues vivantes, telles que l’anglais, l’allemand, l’espagnol ou encore l’italien.

Echanges linguistiques : découvrir une langue et une culture

Maitriser une ou plusieurs langues étrangères est devenu très important. Les échanges linguistiques sont d’excellentes pistes à explorer pour progresser dans une langue de manière efficace. Alors comment ça marche ?

En quoi consiste un échange linguistique ?

Un échange linguistique est un séjour d’apprentissage d’une langue à l’étranger. Il est généralement assorti de cours de langue sur place.

Il existe plusieurs types d’échanges linguistiques. Un des plus classiques met en lien deux familles, qui accueillent à tour de rôle les enfants à la maison, pour des séjours plus ou moins longs, allant de quelques semaines à plusieurs mois.

En dehors des échanges linguistiques à proprement parler, les séjours linguistiques sont multiples, et peuvent prendre la forme de séjour de langue, de stage, de job, de séjours au pair, en université, de séjours sports et langues…

Quels sont les bénéfices d’un échange linguistique ?

Les élèves envoyés en échange linguistique ont l’occasion de vivre exactement comme les habitants du pays qu’ils découvrent. Un échange linguistique permet de maîtriser les subtilités d’une langue, et d’acquérir une connaissance de la culture du pays dans un même temps. La langue prend alors tout son sens dans son contexte naturel. En discutant au jour le jour avec des natifs, l’apprentissage est plus rapide et plus naturel.

Vivre la langue au quotidien est une expérience différente des cours en classe, et constitue l’une des manières les plus efficaces pour apprendre une langue rapidement. Les échanges linguistiques sont particulièrement indiqués pour les élèves ayant déjà un bon niveau, mais peuvent aussi être conseillés aux élèves plus en difficulté qui souhaitent progresser rapidement.

Comment se lancer dans un échange linguistique ?

Plusieurs structures peuvent vous aider à mettre au point un échange linguistique, à commencer par votre établissement scolaire (collège, lycée, université, école privée…), mais aussi votre mairie, ou encore des associations et des organismes privés.

Un échange linguistique est envisageable dès le collège. Collégiens et lycéens peuvent ainsi profiter des partenariats scolaires mis en en place par leur établissement. En Europe, c’est le programme Erasmus + qui regroupe tous les programmes d’échanges linguistiques, dont les programmes Leonardo da Vinci et Comenius. Chaque élève doit ainsi se rapprocher de son établissement pour se renseigner sur les échanges proposés selon les partenariats noués.

Participer au programme Erasmus + est aussi une excellente idée pour les étudiants. Cela permet de profiter d’une expérience particulièrement enrichissante, autant d’un point de vue linguistique qu’humain et culturel. En outre, faire une ou plusieurs années à l’étranger permet de découvrir une autre organisation scolaire, un autre type d’enseignement.

Étudier à l’étranger : bien préparer son départ

Stages, échanges, Erasmus… de nombreux lycéens et étudiants font le choix de tenter une expérience enrichissante à l’étranger, pour quelques semaines ou plusieurs mois. Les étudiants sont de plus en plus nombreux à se laisser tenter, puisqu’environ 1/3 d’entre eux profitera d’une expérience en dehors de nos frontières. Alors comment bien préparer son départ à l’étranger ?

Gérer les formalités administratives

Avant de partir, pensez à régler certaines formalités. Si la carte d’identité suffit pour les pays européens, un passeport est nécessaire pour les autres destinations. Si vous partez un certain temps, pensez également à faire suivre votre courrier. Il peut aussi être nécessaire de clore certains abonnements (internet, téléphone…) pour ne pas payer inutilement, et même de poser votre préavis si vous occupez une location et partez pour un certain temps.

Prévoir son budget

Il vous faut penser à établir en avance un budget prévisionnel en fonction du pays, suivant les coûts du logement, de la nourriture, des transports, des loisirs… etc. Quels seront vos revenus ? Aide des parents, bourse, argent mis de côté, petit job sur place… les ressources peuvent être multiples. N’oubliez pas que des bourses peuvent être versées dans le cas des programmes tels qu’Erasmus+, ou si vous êtes boursier sur critères sociaux. Votre établissement scolaire, la région où vous vivez ou même l’Etat peuvent aussi accorder des aides financières sur demande. Renseignez-vous !

Anticiper pour trouver un logement étudiant

Avant le départ, renseignez-vous sur les possibilités de logement via votre établissement scolaire d’accueil. Pensez par exemple aux logements en résidence étudiante, à la colocation, aux échanges d’appartements, ou même à la chambre chez l’habitant. Il peut être intéressant de passer par des groupes Facebook spécialisés pour scruter les annonces de logement. Renseignez-vous également sur la ville où vous habiterez, et les quartiers où vous préférez loger, ou ceux à éviter.

Penser à sa couverture santé

Si vous partez vivre dans un pays de l’Union Européenne, il vous faudra demander à votre caisse d’assurance maladie la carte européenne d’assurance maladie, de manière à ce que vos frais médicaux soient pris en charge sur place. Si vous quittez les frontières de l’Europe, une assurance complémentaire doit par contre être envisagée. Autre détail qui a son importance : si vous suivez un traitement médicamenteux spécifique, veillez à vous renseigner sur l’existence de votre traitement à l’étranger. Dans la même veine, si vous quittez la zone Euro, pensez à voir en amont les différentes possibilités avec votre banque pour éviter de payer des frais bancaires.

Étudier à l’étranger : bien préparer son départ

Stages, échanges, Erasmus… de nombreux lycéens et étudiants font le choix de tenter une expérience enrichissante à l’étranger, pour quelques semaines ou plusieurs mois. Les étudiants sont de plus en plus nombreux à se laisser tenter, puisqu’environ 1/3 d’entre eux profitera d’une expérience en dehors de nos frontières. Alors comment bien préparer son départ à l’étranger ?

Gérer les formalités administratives

Avant de partir, pensez à régler certaines formalités. Si la carte d’identité suffit pour les pays européens, un passeport est nécessaire pour les autres destinations. Si vous partez un certain temps, pensez également à faire suivre votre courrier. Il peut aussi être nécessaire de clore certains abonnements (internet, téléphone…) pour ne pas payer inutilement, et même de poser votre préavis si vous occupez une location et partez pour un certain temps.

Prévoir son budget

Il vous faut penser à établir en avance un budget prévisionnel en fonction du pays, suivant les coûts du logement, de la nourriture, des transports, des loisirs… etc. Quels seront vos revenus ? Aide des parents, bourse, argent mis de côté, petit job sur place… les ressources peuvent être multiples. N’oubliez pas que des bourses peuvent être versées dans le cas des programmes tels qu’Erasmus+, ou si vous êtes boursier sur critères sociaux. Votre établissement scolaire, la région où vous vivez ou même l’Etat peuvent aussi accorder des aides financières sur demande. Renseignez-vous !

Anticiper pour trouver un logement étudiant

Avant le départ, renseignez-vous sur les possibilités de logement via votre établissement scolaire d’accueil. Pensez par exemple aux logements en résidence étudiante, à la colocation, aux échanges d’appartements, ou même à la chambre chez l’habitant. Il peut être intéressant de passer par des groupes Facebook spécialisés pour scruter les annonces de logement. Renseignez-vous également sur la ville où vous habiterez, et les quartiers où vous préférez loger, ou ceux à éviter.

Penser à sa couverture santé

Si vous partez vivre dans un pays de l’Union Européenne, il vous faudra demander à votre caisse d’assurance maladie la carte européenne d’assurance maladie, de manière à ce que vos frais médicaux soient pris en charge sur place. Si vous quittez les frontières de l’Europe, une assurance complémentaire doit par contre être envisagée. Autre détail qui a son importance : si vous suivez un traitement médicamenteux spécifique, veillez à vous renseigner sur l’existence de votre traitement à l’étranger. Dans la même veine, si vous quittez la zone Euro, pensez à voir en amont les différentes possibilités avec votre banque pour éviter de payer des frais bancaires.

Comment travailler les langues étrangères au quotidien ?

En plus des cours à l’école, il peut être utile de travailler de son côté les langues vivantes. Que cela soit l’anglais ou tout autre langue, il est possible de progresser de façon ludique. Voici quelques pistes pour s’améliorer en langue à la maison.

Regarder des films en version originale

Une des solutions les plus ludiques pour travailler les langues au quotidien est de regarder ses films, séries ou encore documentaires en version originale. Il s’agit d’un bon moyen pour progresser, notamment en compréhension orale. Commencez par mettre votre film en VO avec des sous-titres français. Vous pourrez ensuite mettre les sous-titres dans la langue du film (par exemple un film américain sous-titré en anglais), puis finalement vous passer de sous-titres quand vous atteignez un bon niveau. Cette méthode permet  aussi d’enrichir son vocabulaire.

Cela fonctionne aussi avec des vidéos YouTube, des streams de jeu vidéo… tout ce qui peut vous intéresser sur le net.

Lire des livres et s’informer

Côté compréhension écrite, la lecture est votre meilleure alliée. Lire des livres en version originale est une excellente méthode pour progresser. Si vous n’êtes pas sûr de vous, vous pouvez commencer par un roman que vous avez déjà lu en français, et vous aider d’un dictionnaire.

Bien entendu, vous pouvez aussi privilégier les bandes dessinées, comics ou magazines que vous pourrez trouver en langue originale.

Pensez également à vous informer dans la langue dans laquelle vous souhaitez progresser : lisez des articles de presse, écoutez la télé… etc. Cela vaut aussi pour les réseaux sociaux : n’hésitez pas à vous abonner à des pages de médias étrangers, par exemple.

Vous pouvez aussi vous tourner vers les forums et communautés présentes en ligne, à l’image du site Reddit, où les échanges se font majoritairement en anglais. Vous pourrez y pratiquer votre anglais écrit en postant des commentaires.

Suivre des cours de langue avec Anacours

Pour progresser rapidement dans une langue étrangère, une excellente solution est de suivre des cours avec un professeur particulier, pour profiter d’un soutien hebdomadaire régulier.

Anacours met à disposition plusieurs offres, notamment pour ce qui est de l’anglais : les cours à domicile, les cours collectifs ou encore les Masterclass en agence. Les cours peuvent en outre être complétés par l’accompagnement en ligne avec Anacours online, où vous avez accès à des leçons, des exercices, des quiz d’évaluation.

N’oubliez pas que la clé de la progression dans une langue est la régularité et la répétition : chaque petit apprentissage chaque jour sera donc utile.

Les sections européennes et bilingues

Les langues vivantes ont petit à petit gagné en importance au sein du parcours scolaire français. À partir du collège, il existe même des sections spécifiques pour renforcer l’apprentissage d’une autre langue. Section européenne, internationale ou encore classe bilingue… on fait le point sur les différentes solutions qui s’offrent aux enfants pour l’apprentissage renforcé d’un autre langage, un véritable atout pour leur avenir.

La section européenne

La section européenne ou de langue orientale est une classe spécifique dans les collèges et lycées, qui propose aux élèves d’approfondir leur connaissance de la langue d’un pays européen. Ce type de classe est ouverte à partir de la 4ème (dès la 6ème dans certains collèges) et offre 2h de cours de langue supplémentaires.

L’accès aux classes européenne est réputé sélectif et se fait sur dossier. Il en est de même pour les sections européennes au lycée. Onze langues sont proposées : sept européennes, et quatre pour la section de langue orientale. Un élève ayant suivi une section européenne jusqu’en Terminale obtiendra un bac avec option européenne, ce qui est bien valorisé pour les études supérieures.

A lire aussi : Choix de la deuxième langue au collège : allemand ou espagnol ?

La section internationale

Il existe aussi des sections internationales, et ce dès l’école élémentaire. Chaque section internationale, implantée dans un établissement scolaire, est dédiée à une seule langue, parmi lesquelles on compte par exemple l’anglais, l’arabe, le chinois, le norvégien, le japonais et bien d’autres. Au collège et lycée, 4h d’enseignement de la langue et de la littérature de la section sont ajoutés, et les enseignement d’histoire-géographie se font dans cette langue.

La section internationale est plus exigeante que la section européenne, et les horaires plus lourds. Y sont généralement scolarisés des élèves bi-nationaux, des enfants d’expatriés, et plus rarement des élèves francophone possédant un excellent niveau dans la langue. Sur le territoire, plus de 200 d’établissements (primaires, collèges, lycées) proposent des sections internationales dans 16 langues différentes. Une véritable ambiance internationale règne dans ces sections où les programmes sont établis en lien entre les autorités pédagogiques françaises et celles du pays partenaire. Ces sections sont prestigieuses et les élèves qui en sortent diplômés sont très demandés.

Pour localiser une section internationale, vous pouvez utiliser l’outil développé par l’etudiant.fr.

Les classes et écoles bilingues et binationales

Enfin, il existe des sections dite « binationale » au lycée, qui offrent un parcours de formation spécifique, élaboré avec un des trois pays européens partenaires (l’Allemagne, l’Espagne ou l’Italie). Ces trois sections sont nommées Abibac, Bachibac et Esabac. A la fin de la Terminale, l’élève obtiendra deux diplômes : le bac français et l’équivalent du pays concerné dans sa section. Un atout de choix pour débuter une carrière en Europe !

En outre, il existe aussi des écoles privées qui dispensent, dès la maternelle ou la primaire, des enseignements dans deux langues.

Choix de la deuxième langue au collège : allemand ou espagnol ?

Les élèves commencent l’apprentissage d’une seconde langue vivante dès la classe de 5e. Ils doivent donc faire leur choix l’année précédente. L’espagnol et l’allemand sont les deux langues les plus couramment proposées dans les collèges, choisie à plus de 70% pour l’espagnol et 15% pour l’allemand. Alors comment aider nos enfants à faire ce choix déterminant ?

Pourquoi choisir l’espagnol ?

L’espagnol est historiquement très populaire comme LV2. Tout d’abord parce qu’elle est réputée comme étant une langue plus facile à apprendre et à maitriser que l’allemand – ce qui n’est pas entièrement faux, d’un point de vue français, les deux langues présentant beaucoup de similarités car venant toutes deux du latin. Attention cependant, la grammaire et surtout la conjugaison de cette langue présentent aussi des difficultés !

L’élève pourra aussi porter son choix sur l’espagnol en raison du nombre impressionnant de personnes qui la parlent à travers le monde. Elle est bien sûr utilisée en Espagne, mais aussi en Amérique latine : Argentine, Bolivie, Chili, Colombie, Cuba, Mexique… autant de possibilités pour l’avenir.

Pourquoi choisir l’allemand ?

L’allemand a longtemps été victime de préjugés. Réputée difficile à apprendre et à assimiler, notamment avec ses fameuses déclinaisons, elle est peu choisie par les élèves. Maîtriser l’allemand est cependant un pari intéressant à long terme : notamment pour la future vie professionnelle de l’enfant. Il s’agit en effet de la 2e langue la plus recherchée par les employeurs, après l’anglais et avant l’espagnol. Sans compter que les échanges commerciaux entre la France et l’Allemagne sont très importants, de même que la présence des entreprises allemandes en France. En clair, choisir l’allemand comme LV2 peut permettre de se démarquer !

Et les autres langues ?

Si l’espagnol et l’allemand étaient jadis souvent les seules LV2 proposées, de nombreux collèges permettent maintenant aux enfants de se tourner vers d’autres langues tout aussi passionnantes. L’italien peut par exemple être un choix judicieux, de même que le chinois, l’arabe ou le russe. Une idée à creuser !

Pour aider à faire son choix…

En plus de tous ces paramètres, d’autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour le choix de l’élève. L’histoire familiale par exemple : un enfant peut choisir d’apprendre telle ou telle langue pour mieux comprendre ses racines. Autre élément : l’attirance personnelle de l’enfant pour la langue : la trouve-t-il mélodieuse ? Aimera-t-il la prononcer ?

Enfin, n’oubliez pas qu’il doit s’agir d’un choix personnel : inutile donc de choisir à la place de l’enfant ou de laisser les copains l’influencer…