Langues : Comment progresser en compréhension orale cet été ?

L’apprentissage d’une langue étrangère passe par la compréhension écrite, mais aussi par la familiarisation avec la prononciation et l’accentuation. En cours d’anglais, d’espagnol ou d’allemand, les élèves s’entraînent sur ces différents points. Mais en dehors du contexte scolaire, il peut leur paraître difficile de suivre une conversation ou de saisir le sens des paroles d’une chanson étrangère. Retrouvez ici nos conseils pour aider son enfant à améliorer sa compréhension orale.

Regarder des films et des séries en VO pour se familiariser avec l’accent et la prononciation

L’un des meilleurs moyens pour habituer l’oreille à la musicalité d’une langue étrangère consiste à regarder des films en version originale. Cette solution permettra à l’enfant de progresser, sans qu’il ait l’impression de travailler pour autant.

Dans l’idéal, mieux vaut lui proposer des films ou des séries qu’il connaît bien, puis sélectionner le sous-titrage en version originale (VO). Il pourra ainsi suivre les paroles et faire le lien entre l’écrit et la prononciation des mots. Cela l’aidera aussi à comprendre le sens des dialogues et de l’histoire dans son ensemble. Avec de l’entraînement, il pourra retirer les sous-titres et se concentrer uniquement sur l’oral. Un bon moyen de progresser en anglais ou en allemand, tout en alliant l’utile à l’agréable !

Améliorer sa compréhension orale grâce à différents supports audio

Vous souhaitez limiter le temps passé devant les écrans pendant les vacances d’été ? Rassurez-vous, il existe de nombreuses solutions pour progresser en langues sans s’en rendre compte. Qu’il soit au collège ou au lycée, l’élève peut écouter des podcasts ou des radios étrangères. Émissions, débats, reportages, etc. ; il trouvera des supports traitant de différentes thématiques. Cela favorisera sa compréhension orale et l’aidera à enrichir son vocabulaire.

Idéal pour se détendre tout en apprenant, le livre audio est aussi une bonne option. Pour les collégiens qui débutent l’apprentissage d’une langue, il est préférable d’écouter l’histoire en suivant le texte en même temps. L’élève peut éventuellement choisir un livre qu’il a déjà lu, afin de se concentrer uniquement sur la prononciation et le sens.

Utiliser les solutions Anacours pour progresser en anglais

Anacours accompagne les enfants dans l’apprentissage de l’anglais dès leur plus jeune âge. Des cours d’initiation sont proposés aux tout-petits, dès la maternelle, pour leur permettre de se familiariser avec la langue. À partir de l’entrée au CP, les élèves peuvent bénéficier de cours particuliers d’anglais à domicile. Ces séances, dispensées par des enseignants qualifiés, sont l’occasion de travailler sur la compréhension et la pratique de l’oral.

Le réseau Anacours est partenaire de Cambridge English et offre l’opportunité aux élèves d’obtenir une certification de niveau en anglais. Écoliers, collégiens, lycéens et étudiants peuvent se préparer à l’examen, accompagnés par un enseignant Anacours qui leur établira un programme personnalisé. Dès lors qu’il aura acquis les compétences requises, l’élève sera orienté vers un centre d’examen Cambridge English.

Enfin, les stages intensifs à domicile constituent aussi un excellent moyen d’aider son enfant à travailler sa compréhension orale pendant les vacances.

L’importance de la lecture des consignes pour un exercice ou lors d’un examen

Une consigne est un énoncé qui indique avec le plus de précision possible la tâche à accomplir par l’élève ou l’étudiant. Savoir lire, et donc comprendre, puis appliquer les consignes d’un exercice ou d’un devoir, est une compétence qui conditionne en partie la réussite scolaire. Comment être certain de bien comprendre un consigne ? On fait le point.

L’importance des consignes durant la scolarité et les études

Tout au long de leur scolarité, en classe ou lors d’examen, les élèves doivent exécuter les consignes données par leurs professeurs, à l’oral comme à l’écrit. Or on constate que souvent, une mauvaise lecture, et donc une compréhension erronée, peut être à la source d’erreurs dans les exercices — et ce indépendamment, des connaissances de l’élève. Cela peut même être la source d’échec lors d’examens, car certains élèves peuvent être hors-sujet, ce qui est sévèrement jugé.

C’est pourquoi travailler cette compétence de compréhension des consignes est indispensable : en effet, respecter une consigne, cela s’apprend… comme tout.

Quelques conseils à appliquer pour mieux comprendre les consignes

Les élèves peuvent suivre différentes étapes pour acquérir une méthodologie. Il s’agit en fait de mettre en place des automatismes de lecture de consignes :

  • Prendre le temps de lire lentement pour comprendre
  • Identifier et respecter la chronologie pour les consignes à étapes
  • Souligner les mots importants
  • Pour un énoncé de problème, bien distinguer ce qui est injonctif de ce qui est informatif
  • Être attentif au vocabulaire employé : de nombreux termes, trop imprécis ou mal compris, peuvent entraîner des confusions
  • Être vigilant quant à la précision des termes employés (souligner est différent de rayer ou surligner)
  • Prendre le temps de réfléchir, de bien analyser les informations, avant de donner une réponse
  • Reformuler régulièrement la tache à accomplir tout au long de l’exercice, quitte à relire régulièrement la consigne
  • Toujours être à l’affut du moindre hors-sujet
  • Relire sa production en considérant uniquement la formulation de la consigne et s’assurer de l’avoir bien respectée

Ainsi, ces quelques habitudes de travail pourront permettre une lecture de consignes efficace, garante de la réussite de l’exercice, du devoir ou de l’examen. Une fois la méthode intégrée, elle deviendra un automatisme qui facilitera grandement la vie de l’élève.

Comment bien comprendre une consigne

Les consignes sont des instructions données par les enseignants aux élèves pour réaliser un exercice. Leur rôle est d’engager l’élève à une réflexion didactique, à répondre à une question ou de lui affecter une tâche. Pour les plus jeunes, il s’agit aussi de leur faire prendre conscience que les consignes au quotidien ne concernent pas que les activités scolaires. Un élève y sera confronté durant toute sa scolarité : alors, comment bien comprendre une consigne ?

Les difficultés que peuvent avoir les élèves pour déchiffrer une consigne

Comprendre une consigne n’est pas quelque chose d’inné et les élèves peuvent rencontrer beaucoup de difficultés : mauvaise compréhension de l’énoncé, du vocabulaire, ou encore de la structure syntaxique… D’autant plus que la formulation des consignes varie d’un enseignant à un autre, d’une discipline à une autre. Il est donc extrêmement important d’apprendre aux élèves à « comment » les comprendre et ce, dès leur plus jeune âge, car l’apprentissage de cette compétence portera un réel impact sur leur réussite future.

Conseils pour bien comprendre une consigne

En contrôle ou en examen, comme par exemple pendant le Brevet des collèges, faites dans un premier temps extrêmement attention aux détails : au début de l’énoncé, vous pourrez éventuellement trouver quelques consignes placées avant les exercices. Ecrire à l’encre noire ou bleue, ne pas utiliser de calculatrice, durée de l’épreuve, etc… Soyez-y très attentifs !

Dans un second temps, il faut prendre conscience de l’intégralité des consignes pour chaque exercice à votre disposition. Il faut toutes les lire, plusieurs fois, sans commencer à répondre directement à la première que vous lisez. Prenez votre temps : il est primordial de bien tout lire pour ne pas faire de répétitions, ou encore de s’apercevoir que votre réponse est en fait au sein d’une autre consigne. C’est essentiel !

Ensuite, attaquez-vous au premier exercice. Relisez la consigne plusieurs fois afin d’être sûr(e) que vous avez bien cerné la question. Ensuite, concentrez-vous sur la recherche de mots-clés, que vous pourrez souligner afin de les isoler. Ils ne sont effectivement pas ici par hasard : l’enseignant a généralement beaucoup réfléchi à la façon dont il va vous poser cette question, afin de vous aiguiller dans la bonne direction. Il est aussi possible que ce soit une consigne « piège », et dans ce cas-là, il faut redoubler d’attention dans votre lecture et votre recherche de mots-clés. En repérant ces mots-clés, vous pourrez ainsi repenser à des passages importants de vos cours… Et vous verrez, si vous avez bien mémorisé vos cours, les réponses se dégageront déjà dans votre tête !

 

 

ORIENTATION : les clés pour comprendre et bien se diriger.

Trouver sa voie, choisir le bon cursus… l’orientation constitue une phase essentielle du parcours d’apprentissage d’un jeune. L’orientation post-bac fait notamment l’objet de toutes les attentions. Alors comment avoir les bonnes clés en main pour réussir son orientation ? On fait le point.

L’orientation après le collège

L’orientation commence dès la fin du collège. Après l’obtention du Brevet, votre enfant pourra s’orienter vers la seconde générale et technologique, vers la seconde professionnelle et le bac pro, ou débuter un CAP (2 ans) qui permet l’insertion directe dans la vie active. La seconde générale permet à l’élève de tester ses goûts et ses aptitudes, puis de s’orienter en classe de première dans une des filières proposées (L, S, ES, STMG…).

L’orientation après le lycée

Lors de sa terminale, l’élève doit réaliser un choix d’orientation en vue des études supérieures après son Bac : il s’agit donc d’une année cruciale. En 2018, Admission Post bac laisse sa place à Parcoursup, une nouvelle plateforme pour formuler ses vœux. Plusieurs changements sont à prévoir : de 24, le nombre de vœux passe à 10. Cependant, il s’agira de 10 vœux de filières, c’est-à-dire que votre enfant pourra formuler des sous-vœux, concernant notamment les différents établissements. Autre nouveauté, l’élève recevra les réponses des universités une par une et fera son choix. Certaines acceptations pourront être soumises à conditions, par exemple la prise de cours de soutien.

Une bonne orientation débute ainsi dès le mois de novembre, pour se laisser le temps de la réflexion, mais aussi le temps de la discussion avec les proches.

Où se renseigner ?

Il est facile de se sentir perdu face à la myriade de cursus post-bac. Heureusement, il existe de nombreux interlocuteurs et services pour aider à l’orientation. Après les parents et les professeurs, l’interlocuteur privilégié reste le conseiller d’orientation du lycée, avec qui votre enfant pourra prendre rendez-vous afin notamment de réaliser un test de personnalité.

Le web est aussi un outil de choix pour se renseigner sur les formations et les métiers. Le site du CIDJ apporte toutes les réponses aux questionnements des jeunes ainsi qu’un service de chat en ligne avec un conseiller d’orientation. Le site de l’ONISEP fournit aussi de précieux conseils, de même que Terminales 2017-2018 qui accompagne le lycéen au fur et à mesure des étapes. Votre enfant pourra ainsi se renseigner sur la réalité des débouchés professionnels ainsi que les filières d’avenir.

Participer à des salons et des journées Portes ouvertes

Tout au long de l’année, des salons sont organisés pour permettre aux jeunes de découvrir des filières. Le grand « Salon de l’Etudiant », organisé dans chaque région, permet notamment des rencontres avec des filières attractives ou des formations moins connues. Des salons plus spécialisés (numérique, formations artistiques…) sont également proposés.

De même, participer à des journées portes ouvertes permet de se projeter dans le futur établissement et de comparer les cursus.