L’éducation artistique et culturelle développe la créativité des élèves

L’école a pour mission de former l’élève dans sa globalité. Sensibiliser les enfants aux différentes disciplines artistiques est particulièrement bénéfique pour leur développement. C’est pourquoi les arts plastiques et la musique sont enseignés à l’école dès le début du cycle 2. Quels sont les bienfaits de ces enseignements pour les enfants et les ados ?

Les effets positifs de l’éducation artistique et culturelle à l’école

Dès le CP, les enseignements artistiques sont dispensés en classe à raison de 2h par semaine. Il peut s’agir d’enseignements sur les thématiques des arts visuels, mais aussi de la musique, et tout cela peut être axé sur la pratique aussi bien que sur la théorie. Depuis 2008, l’Histoire de l’art est enseigné du CP au lycée, alors que cette matière était jusque-là optionnelle.

En étant sensibilisés jeunes à l’art et à la culture, les enfants développent un intérêt pour ses disciplines. Cela permet de stimuler leur propre créativité et leur imagination, surtout s’ils peuvent s’exprimer via un instrument de musique, le dessin, le chant, la danse…

Des vocations peuvent même naitre de la découverte des arts, de leur pratique et de leur histoire. Cela peut également aider les enfants dans les autres matières et leur redonner le goût d’apprendre. Une pratique artistique permet également de développer la concentration, la mémoire, la patience, mais aussi de donner confiance en soi-même. L’enfant pourra aussi apprendre à cette occasion à mieux interagir avec les autres, à mieux s’exprimer. L’éducation à l’Histoire de l’art permet en outre de développer son propre esprit critique et logique ainsi que son ouverture sur le monde.

Stimuler la curiosité de son enfant avec une éducation artistique

En parallèle de l’enseignement artistique fourni par l’école tout au long de l’éducation obligatoire, les parents peuvent aussi « nourrir » culturellement leurs enfants, et ce dès le plus jeune âge.

Pourquoi ne pas lui proposer de pratiquer une activité artistique extra-scolaire ? Dessin, musique, théâtre, danse… les activités sont nombreuses et variées. Emmener régulièrement son enfant dans un lieu culturel est en outre particulièrement bénéfique pour son épanouissement. Visite au musée, participation à un atelier artistique, spectacle de théâtre,… tout ceci peut lui permettre de stimuler sa créativité et sa curiosité, ainsi que de développer son appétence pour l’apprentissage.

Construire une relation parents – professeurs réussie

Durant toute la scolarité, la relation entre l’équipe éducative et la famille de l’enfant est essentielle. Pour les enseignants, tisser un lien de confiance avec les parents d’élèves est indispensable pour offrir une année épanouie à chacun des élèves. À l’inverse, les parents (et l’élève !) gagneront beaucoup à avoir une relation apaisée avec l’équipe éducative. Quelles sont les clés d’une relation parents-profs réussie ?

Pourquoi une bonne relation contribue à la réussite de l’élève

De l’école maternelle jusqu’au lycée, les parents (ou représentants légaux) des élèves sont en contact avec les enseignants, chaque année. Le but d’une bonne relation entre les familles et l’équipe éducative est bien entendu de favoriser la réussite des élèves.

À l’école primaire, la relation avec l’enseignant de votre enfant est tout particulièrement importante. Elle permet de suivre les progrès de son enfant, de demander des conseils, et d’agir en accord avec l’enseignant. Vous devez apprendre à faire confiance à l’instituteur de votre enfant, qui saura vous avertir s’il rencontre des difficultés. Il est important de travailler main dans la main, pour qu’il puisse avancer aussi bien à la maison qu’à l’école. Une bonne relation avec l’enseignant permettra d’ailleurs de détecter plus précocement un trouble DYS ou un TDAH, ce qui permettra une meilleure prise en charge.

Au collège, il faut apprendre à communiquer avec plusieurs professeurs ainsi que le CPE. Il sera utile, tous les ans, de faire le point sur l’acquisition de l’autonomie et sur l’implication en classe.

Au lycée, la communication parents – prof sera cruciale pour toutes les questions d’orientation, qui deviennent très importantes.

Les réunions parents – profs en début d’année

Les réunions parents – profs ont souvent lieu en début d’année pour faire un point, informer les parents et donner un cap. Elles peuvent aussi se faire trimestriellement dans certains établissements. En primaire tout particulièrement, elles sont une excellente occasion de rencontrer l’enseignant avec qui l’enfant passe ses journées. Cela permettra d’ailleurs par la suite de mieux comprendre son enfant. Ce type de réunion a aussi pour but de rassurer les parents, notamment en maternelle. À chaque début d’année, c’est aussi une bonne occasion pour les parents d’échanger et de poser leurs questions à l’équipe éducative.

Une bonne communication tout au long de l’année

La communication entre les professeurs et les parents peut passer par différents canaux : les réunions parents – profs, les mots dans le carnet de liaison, les rencontres individuelles après la classe, ou encore une communication directe par téléphone et mail.

Dans tous les cas, une communication réussie permet une de créer une compréhension mutuelle, qui contribue à la réussite et à l’épanouissement scolaire.

Les cahiers de vacances sont-ils utiles ?

Enfant, nous avons tous connu le fameux cahier de vacances : on l’adorait ou on le détestait. Créé en 1933, ce livret d’exercices offert aux enfants à chaque pause estivale est-il vraiment utile ? Comment le choisir ? On vous dit tout sur le célèbre cahier de vacances !

Focus sur le cahier de vacances

Ce livret d’exercices ludiques a pour but premier de faire réviser les fondamentaux du programme scolaire de l’année effectuée. On peut les acheter un peu partout, des librairies aux grandes surfaces et sur internet, de la maternelle au collège, voire au lycée. Certains sont même disponibles en ligne, à l’image du e-cahier de vacances sur la plateforme Anacours Online, qui s’adresse à tous les niveaux, pour toutes les matières.

Le cahier de vacances est un vrai best-seller de l’été : des millions en sont vendus chaque année. On estime que 60 % des enfants en auraient un pendant les grandes vacances. Ils sont cependant très peu à le finir : seul un quart d’entre eux arrivent au bout. En outre, il existe peu d’études sur la véritable utilité de cahiers de vacances, mais on sait que ce sont surtout les bons élèves qui en utilisent.

Comment le choisir ?

Support rassurant pour les parents, il ne fait donc pas l’unanimité car les enfants l’acceptent parfois mal durant leurs vacances. Son utilisation peut en effet se faire dans des conditions conflictuelles quand il est vécu comme des devoirs. On obtient alors l’effet inverse : l’enfant risque d’être dégoûté du travail scolaire, à un moment de l’année où il souhaite juste se reposer.

Ainsi, on conseillera tout d’abord de laisser l’enfant choisir son propre cahier de vacances : cela lui donnera envie de s’appliquer et de réussir. En outre, acheter un cahier de vacances d’un niveau de classe au-dessus est une erreur trop souvent commise : pensez que mieux vaut un cahier de vacances réussi avec aisance plutôt qu’un cahier trop difficile, qui va décourager.

Par ailleurs, on conseillera de débuter le cahier de vacances durant la deuxième partie des vacances, en août, pour « réactiver » les savoirs avant la rentrée.

Les vacances pour se reposer et apprendre autrement

Enfin, il faut garder à l’esprit que tous les enfants ont besoin de la pause estivale, pour s’éloigner de l’école, prendre le temps, se reposer, bref, pour faire une vraie coupure et récupérer.

On ne peut alors que recommander d’explorer durant l’été d’autres activités ludiques et agréables à faire en famille : lire des livres et BD, visiter un musée, faire des jeux de société ou des excursions… tout ceci est utile pour aider l’enfant à aller plus loin, dans l’apprentissage et dans l’autonomie.

Profiter des vacances pour faire des jeux de société éducatifs

Les grandes vacances sont là : c’est l’occasion de partager des moments conviviaux en famille. Profitez de l’été pour jouer avec vos enfants, cela leur permettra d’apprendre en s’amusant, et leur évitera de passer trop de temps devant les écrans… On vous dévoile ici les meilleurs jeux de société éducatifs pour cet été.

Les bienfaits des jeux pour le développement et l’apprentissage

Toutes les formes de jeux sont primordiales au développement de l’enfant, car le jeu est synonyme de plaisir. Les jeux de société éducatifs constituent un formidable média pour apprendre en s’amusant. Ils peuvent ainsi faire travailler la logique, la mémoire, la stratégie, mais aussi développer le vocabulaire, la langue (éventuellement les langues étrangères), ou encore la culture générale.

Au niveau cognitif chez les plus jeunes, ils permettent d’aborder ou approfondir les notions de lecture, du calcul, des couleurs, de l’espace… indispensables au développement de votre enfant, et ce de manière agréable.

Les adolescents, quant à eux, se laisseront séduire par des jeux de déduction ou de stratégie, ou encore des jeux qui vont enrichir leur culture générale.

Les meilleurs jeux de société éducatifs

Que cela soit des jeux de cartes ou de plateau, les jeux de société sont très variés et couvrent différents domaines. Ils feront principalement appel à la logique, la mémoire, l’observation ou encore le langage.

Parmi les meilleurs jeux pédagogiques pour les 6 – 12 ans, on citera :

  • Tam Tam Safari et Tam Tam Multiplication : jeu de lecture/ou de calcul et de rapidité
  • Le P’tit Bac des incollables : l’incontournable Petit Bac revisité
  • Série des jeux « Didacool » : Calculodingo, Vocadingo, Conjudingo…
  • Trivial Pursuit édition Famille : pour les enfants dès 8 ans, également pour les ados
  • Activity : un jeu qui mêle dessin et mime
  • Memotep : un jeu pour apprendre l’anglais
  • Mastermind : un classique pour développer la logique

Pour les adolescents, par exemple :

  • Break the Code : un jeu de déduction
  • Timeline : pour travailler la culture générale et l’Histoire
  • Insider : un jeu coopératif où il faut deviner un mot

Les jeux de société éducatifs se sont énormément développés ces dernières années et présentent un large éventail de choix, tant dans les formes que les contenus. Les boutiques et sites spécialisés sont nombreux : vous y trouverez conseils et critiques des différents jeux pour faire un choix réfléchi et pertinent. Profitez de vos vacances pour jouer régulièrement avec vos enfants et ados, pour renforcer les liens et apprendre en famille !

 

Comment se préparer à l’entrée au lycée ?

L’entrée en classe de seconde marque un grand changement dans la vie des élèves qui passent du statut de collégien à celui de lycéen. Comment bien se préparer à l’arrivée dans un nouvel établissement et aux nouvelles exigences du lycée ?

Lycée : un fonctionnement différent

L’entrée au lycée marque un nouveau cap pour le collégien, qui devient dès lors lycéen en passant de la troisième à la classe de seconde. Il doit se préparer à un rythme de cours plus soutenu, à un programme plus dense, à des exigences renforcées de la part des professeurs. C’est également le moment où l’objectif du bac commence à se fait sentir.

Il faut en être conscient : au lycée, tout s’accélère. Il est demandé aux élèves beaucoup plus d‘autonomie et d’organisation personnelle. Les professeurs ne tiennent plus les élèves par la main : chacun doit apprendre à prendre des notes en cours, à réviser d’eux-mêmes leurs leçons, même sans demande de la part de l’enseignant. Le nombre d’heures de cours est plus important, les devoirs sont donnés plus en amont : à chacun donc de s’organiser pour gérer et équilibrer ses temps de travail et de loisirs. En outre, les exigences des professeurs montent d’un cran en seconde : pas de panique donc si vos notes baissent au début de l’année, cela demande un peu de temps pour s’adapter. La seconde est une année où il faut se mettre rapidement au travail, surtout que les élèves rencontrent de nouvelles matières (les spécialités). En cas de faiblesses dans certaines matières, il peut être judicieux de suivre un stage d’été durant les grandes vacances, de manière à être prêt pour la rentrée, et à ne pas accumuler les lacunes.

Une liberté nouvelle en classe de seconde

Un des grands marqueurs du lycée est que les ados disposent de bien plus de libertés. Pour preuve, les heures de permanence n’existent plus : en cas de trou entre deux cours, ou d’annulation, ils sont libres de quitter l’établissement. Il est attendu des élèves qu’ils soient plus responsables et fassent preuve de maturité.

L’arrivée au lycée, c’est aussi un moment important au niveau de la sociabilisation. Les élèves viennent tous de collèges différents. La rentrée est donc l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes, et ainsi de créer des liens forts.

Podcast : écouter le monde autrement

Le podcast a le vent en poupe ! Ces fichiers audio gratuits, à écouter en ligne ou à télécharger, sont parfaits pour s’ouvrir au monde et parfaire sa culture générale. Très variés, ils seront idéals pour les enfants durant les grandes vacances… alors quels podcasts choisir pour quel âge ? Où trouver les meilleurs podcasts ?

Ecouter des podcasts pour se cultiver

Un podcast s’écoute, au contraire d’une vidéo qui se regarde. L’occasion donc de sortir nos enfants de leurs écrans, pour les inciter à s’évader en écoutant ces contenus souvent passionnants, voire éducatifs. Il existe des podcasts pour tous les publics, tous les âges et tous les thèmes. Les sites web français sont nombreux à en proposer régulièrement, souvent sous forme de séries.

A lire aussi : Le cerveau, le comprendre et le stimuler

Les meilleurs podcasts pour les enfants et les ados

Le plus important pour proposer un podcast à son enfant est de choisir un contenu adapté à son âge, mais aussi à ses goûts et ses envies.

De nombreux sites web reconnus, souvent acteurs fiables de l’info française, mettent ainsi à disposition d’excellents contenus sous forme de podcasts. Voici une petite sélection de ceux que l’on recommande :

Une série de podcasts passionnants qui conte la vie des plus grandes figures de l’Histoire, du roi Arthur à Marie Curie en passant par Christophe Collomb, ainsi que des événements marquants, tels que le vol de la Joconde ou la découverte de la grotte de Lascaux. Chaque épisode dure environ 15 minutes.

Une émission sous forme de podcast qui décrypte l’actualité grâce aux questions des enfants, mais s’intéresse aussi à des sujets de société. Une série qui compte de nombreux numéros, qui dure chacun une dizaine de minutes.

Une plongée à travers les mythes et légendes de toutes les civilisations anciennes. Un podcast qui nourrit l’imaginaire et la culture générale des enfants.

Une série de podcasts et de vidéos éducatifs, qui revient sur de grands événements historiques, tels que la chute du Mur de Berlin ou le premier pas sur la Lune. Une série destinée aux collégiens de 4e et 3e.

13 histoires imaginées à partir de tableaux des collections du Musée d’Orsay. Une belle manière d’intéresser ses enfants à l’Art.

Enfin, n’hésitez pas à consulter le site Taleming qui recense tout un tas de ressources de qualité sous forme de podcasts, adaptées aux enfants.

Favoriser le bien-être chez l’enfant

Le bien-être d’un enfant est indispensable pour un bon développement cognitif et ainsi une scolarité apaisée. Il doit être nourri à la fois au sein de l’école, mais aussi à la maison : enseignants et parents ont tous un rôle à jouer. Comment aider l’enfant à atteindre ce bien-être, quelles activités proposer ?

Le bien être, qu’est-ce c’est ?

Le bien-être est une notion qui réunit plusieurs facteurs : une harmonie avec soi-même et les autres, une bonne santé (à la fois psychique et physique), une réussite sociale ou intellectuelle. Le bien-être peut s’entendre tant d’un point de vue physique que psychologique : le bien-être correspond à tout ce qui peut constituer une vie agréable et équilibrée.

Le bien-être à l’école

L’école tient une place importante dans le bien-être d’un enfant, puisqu’il y passe le tiers de son temps. En outre, plusieurs études montrent que la qualité de lexpérience scolaire joue un rôle important dans le développement des compétences sociales et cognitives de l’enfant, pour ses capacités d’apprentissage. L’Education Nationale a donc récemment mis un point d’honneur à favoriser le bien-être des élèves, notamment en agissant contre le harcèlement scolaire, en valorisant les efforts plutôt que les résultats, en renforçant les projets de groupe.

On notera aussi qu’un lien fort entre la famille et l’école est essentiel : une bonne communication entre les parents et l’équipe éducative est très bénéfique au bien-être de l’enfant. Il est important qu’il n’y ait pas de rupture entre l’école et la maison pour favoriser son épanouissement et ainsi une bonne scolarité.

Le bien-être en famille

A la maison, le bien-être passe par nombre de gestes : limitation du temps d’exposition aux écrans, alimentation équilibrée, durée de sommeil et activité physique suffisantes, ou encore activités partagées en famille. Ces dernières permettent tout autant de renforcer les liens que de développer les aptitudes et les goûts de l’enfant.

L’épanouissement d’un enfant peut être alimenté par différents point à développer : l’autonomie, le respect de ses goûts, la communication, ou encore les activités extra-scolaires. Ces dernières peuvent être de tout type : la musique, le dessin ou la peinture, la danse, la cuisine, le sport, la découverte de la nature… etc. L’enfant peut réaliser des activités tantôt seul, en famille ou avec des amis.

Il est également important de trouver un bon équilibre entre le temps accordé aux devoirs et le temps dédié aux loisirs. Les vacances peuvent aussi être le moment idéal pour encourager l’épanouissement de l’enfant, lors de colonies de vacances à thème, de séjours linguistiques ou d’ateliers ludiques, toujours en respectant les goûts de l’enfant.

Enfants et jeux vidéo : quel comportement adopter ?

Les jeux vidéo font partie des loisirs préférés des enfants, et ce dès leur plus jeune âge. Quels sont leurs bienfaits, existe-il des risques, ou encore comment bien se renseigner et encadrer la pratique des jeux vidéo chez son enfant… on vous dit tout.

Les bienfaits des jeux vidéo

Certains parents craignent, en voyant leurs enfants s’intéresser aux jeux vidéo, qu’ils ne tombent dans l’excès, voire développent une addiction. Cependant, il est important de sortir d’un point de vue manichéen qui voudrait que tous les jeux vidéo soient mauvais. Le jeu vidéo, comme le cinéma, est un univers immense en constante évolution…

Les jeux, en dehors de leur caractère purement ludique, peuvent d’ailleurs aider l’enfant à améliorer certaines compétences. Il est notamment reconnu qu’ils aident à développer la logique, la mémoire, l’habilité spatiale et visuelle, ou encore la résolution de problème.

Autre avantage des jeux vidéo, ils ne sont pas passifs – contrairement à la télévision – et peuvent se pratiquer en famille, et ainsi aider l’enfant à prendre confiance en lui. Enfin, certains jeux sont aussi riches émotionnellement que certains films ou romans, et stimulent à la fois l’imagination, l’empathie ou encore la tolérance des enfants et des ados.

Jeux vidéo : les risques

Les jeux vidéos s’appuyant sur un support numérique, ils comportent aussi des côtés négatifs. En étant devant un écran (cela vaut aussi pour la télé et Internet), l’enfant ne pratique pas d’activité physique, et s’expose à la lumière bleue qui risque de le tenir éveillé. Le contenu des différents jeux vidéo peut en outre poser problème : trop violents ou trop réalistes, certains jeux peuvent mener à des comportements agressifs.

Quant au risque de voir l’enfant développer une dépendance, elle est présente peu importe le type de jeu vidéo : elle est cependant facilement évitable si l’enfant est correctement encadré.

Nos conseils pour encadrer les enfants

Avant tout, l’essentiel est de bien choisir les jeux que vous offrez, pour qu’ils soient bien adaptés. Jeux d’action, d’aventure, de stratégie, de simulation, de combat, de course… le panel est large. Renseignez-vous sur tout jeu avant de l’acheter, consultez son classement PEGI ainsi que les pictogrammes sur les éléments présents dans le jeu (violence, langage grossier…). Pour plus de détails et de conseils, vous pouvez consulter l’excellent site PédaGoJeux, créé pour informer et sensibiliser les parents sur le jeu vidéo.

Il est en outre nécessaire de réguler le temps d’utilisation, de veiller à ce que les jeux vidéo ne deviennent pas l’unique centre d’intérêt de votre enfant. On estime qu’une heure par jour est une limite à ne pas dépasser. Enfin, évitez les écrans et les consoles installés dans la chambre.

Sensibiliser nos enfants à la protection des données sur internet

Les parents jouent un rôle clé dans l’éducation numérique de leurs enfants. Ces derniers passent de plus en plus de temps sur internet : c’est pourquoi il est indispensable de leur inculquer les bonnes pratiques pour qu’ils soient bien protégés en ligne. Gestion des données personnelles, utilisation des réseaux sociaux, des moteurs de recherche… Voici nos conseils pour vous aider à sensibiliser votre enfant au web.

Créer un environnement sain pour naviguer sur le web

Il est bon d’éduquer son enfant aux bonnes pratiques et aux réflexes à avoir sur le net. Au début, il peut être utile d’utiliser un système de contrôle parental pour que l’enfant n’ait pas accès à des contenus inappropriés. De même, pensez à sécuriser l’accès aux boutiques d’applications. Si votre enfant est inscrit sur des réseaux sociaux, montrez-lui comment paramétrer correctement les paramètres de confidentialité, tout en lui expliquant pourquoi c’est important.

Apprenez-lui aussi à se protéger sur internet : utilisation de pseudonymes, création de mot de passe forts, lecture des petites lignes lors des créations de comptes… etc.

En outre, pensez à installer un bloqueur de publicité (Adblock Plus, AdGuard…) sur l’ordinateur, ainsi que sur le smartphone qu’il utilise : il sera ainsi beaucoup moins exposé aux publicités envahissantes.

La gestion des données personnelles

Les données personnelles se rapportent à l’identité d’une personne : nom, numéro de téléphone, adresse, photo, contacts, géolocalisation… Ces informations sont récupérées en ligne par les entreprises, notamment pour la publicité ciblée. Expliquez à votre enfant qu’à chaque installation d’une application, ou encore le « like » d’une page, ce sont un certain nombre d’informations personnelles qui sont transmises.

Pour éviter la collecte de cookies ainsi que le pistage, il peut d’ailleurs être judicieux d’utiliser le mode de navigation privée. Sélectionnez aussi attentivement le moteur de recherche que votre enfant utilise : les mastodontes Google ou Bing récupèrent un grand nombre d’informations lors d’une recherche. Si vous souhaitez un moteur de recherche qui respecte la vie privée, vous pouvez utiliser DuckDuckGo ou bien Lilo, qui ne collectent pas les données.

Une bonne utilisation des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont très prisés par les adolescents. Ils sont aussi un lieu de partage de la vie privée et des goûts personnels : trop en dévoiler est vite arrivé ! Apprenez bien à votre enfant à rendre ses comptes privés, avec un système d’abonnements (notamment sur Instagram et Facebook), et sensibilisez-le au droit à l’image. Enfin, répétez-lui que comme dans la vraie vie, il n’est pas judicieux de parler à des inconnus sur ces mêmes réseaux sociaux.

Comment développer l’esprit critique des enfants ?

Apprendre à penser et à raisonner par soi-même, se faire son propre avis et savoir le défendre… autant de notions cruciales que chaque parent souhaite encourager chez son enfant. Avec Internet et les réseaux sociaux, les enfants sont exposés à un grand nombre d’informations : il est important de les aider à savoir faire le tri grâce à un bon esprit critique. Voici ici quelques pistes pour les accompagner.

Encourager l’esprit critique de son enfant

Un esprit critique développé n’est pas inné chez un enfant, et consiste à aller plus loin que « c’est bien » ou « c’est nul », en expliquant en détail pourquoi. C’est aux alentours de 7 ans qu’un enfant apprend à développer une pensée nuancée et donc un esprit critique qu’il convient d’encourager.

N’hésitez pas à pousser l’enfant à exprimer son opinion et ses préférences avec des mots, à l’aide d’un vocabulaire nuancé. Posez-lui des questions précises pour connaitre son avis et son ressenti. Effectuez avec lui des observations, des hypothèses et apprenez-lui à en tirer des conclusions.

Encouragez-le à demander un second avis, à écouter les autres. L’expérience de la coopération avec d’autres enfants constitue aussi un bon apprentissage : ils partageront ainsi des idées, s’exprimeront et s’écouteront les uns les autres.

Les compétences à encourager

Pour favoriser un bon développement de l’esprit critique, voici 4 notions de base à travailler et à favoriser chez ses enfants :

  • La curiosité : une qualité qui permet de s’ouvrir sur le monde et de développer une soif d’apprendre.
  • L’écoute : en écoutant les autres, on apprend à connaitre nos propres goûts et points de vue.
  • La tolérance et le respect de la différence : c’est – entre autre – le fait de ne pas être d’accord qui permet l’échange et de le développement de sa propre réflexion.
  • Connaitre ses forces et ses faiblesses : bien se connaitre, c’est savoir quand on est capable d’argumenter, ou de dire que l’on ne sait pas.

Un bon esprit critique pour trier les informations sur le web

Expliquez à votre enfant qu’il existe partout des informations et des opinions différentes, exemples à l’appui : montrez que l’on peut trouver une première information, puis tout son contraire sur Internet. Cet apprentissage des bonnes et mauvaises sources d’information est important, les enfants et ados étant vite confrontés aux flux sur le net.

Plutôt que d’être passifs face à une information, encouragez-les à faire des recherches pour confirmer ou infirmer toute donnée. Dans le même esprit, apprenez-leur à faire la différence entre des faits objectifs, et des interprétations subjectives.

En clair, posséder un esprit critique et un esprit d’analyse permet d’être moins influençable.