Qu’appelle-t-on les “pédagogies actives” dans l’apprentissage ?

Au fil des décennies, les pratiques éducatives évoluent. Les professionnels de l’enseignement et du secteur de l’enfance s’efforcent d’adapter leurs méthodes pour favoriser l’apprentissage, en tenant compte des besoins des élèves. L’emploi des pédagogies actives dans le cadre scolaire s’est largement développé au cours des dernières années. En quoi consistent ces pratiques et quels apports procurent-elles aux enfants selon leur âge ? Retrouvez toutes les réponses à vos questions ici.

 

Pédagogie active et pédagogie traditionnelle : quelles différences ?

Les pédagogies actives se distinguent de la pédagogie traditionnelle. On parle de pédagogie active lorsque l’individu se place au cœur du processus d’apprentissage. En clair, l’élève devient acteur et apprend par l’expérimentation. On tient compte du potentiel et des capacités des enfants, mais aussi du fait que chacun d’eux évolue à son rythme.

À l’inverse, la pédagogie traditionnelle se base sur le principe de l’autorité et de la transmission des connaissances de l’adulte à l’apprenant. L’enseignant inculque des notions théoriques aux élèves, sans tenir compte de leurs différences. On considère que les enfants possèdent tous les mêmes prédispositions pour assimiler d’autres concepts.

 

Comment les enseignants mettent-ils en œuvre les pédagogies actives ?

À l’école comme au collège et au lycée, les équipes éducatives utilisent de plus en plus les pédagogies actives. L’objectif est de permettre à l’élève d’acquérir de nouvelles connaissances, tout en développant son autonomie. Les enseignants emploient différents outils pour que les enfants réalisent leurs propres expérimentations. Ils se basent par exemple sur les principes de la méthode Montessori, selon laquelle les enfants choisissent librement leurs activités. Dans les classes de maternelle et primaire, on adapte l’environnement, de façon à créer des espaces qui favorisent l’indépendance des élèves.

Les professeurs de collège et de lycée mélangent même les approches traditionnelles et les pédagogies actives. Lors des travaux de groupe, les élèves s’organisent, se répartissent les tâches et chacun occupe une fonction précise (porte-parole, maître du temps, etc.). On leur demande aussi d’évaluer leur propre travail. Les enseignants proposent également des activités ludo-éducatives (comme des jeux de société) au cours desquelles les enfants apprennent en faisant et en s’amusant.