Méthodologie : INTRODUIRE et CONCLURE

Savoir bien introduire et conclure est primordial dans le cadre des études. Cette maitrise est tout particulièrement importante lors de la rédaction de dissertations et de commentaires de texte, et crucial dans différentes matières telles que la Littérature, la Philosophie ou encore l’Histoire- Géographie. Alors quelles sont les étapes et les méthodes à respecter pour maitriser l’art de l’introduction et de la conclusion ?

Réussir son introduction

L’introduction est cruciale dans un devoir. En effet, il s’agit de la toute première impression faite au correcteur. C’est aussi elle qui permet de montrer que l’on a bien saisi la consigne et la problématique, mais aussi d’exposer clairement son plan.

Voici quelques règles à suivre :

  • L’introduction ne se rédige qu’une fois l’angle d’approche du sujet établi, et surtout après avoir élaboré son plan détaillé. Elle se rédige entièrement au brouillon, avant d’être recopiée au propre.
  • L’introduction se pense comme un entonnoir : il faut partir du plus général (un grand thème) et aller vers la précision, c’est-à-dire vers la façon dont le sujet va être abordé dans le développement.
  • Pour être efficace, une introduction se déroule en 4 étapes : l’approche, l’explication du sujet, la formulation de la problématique, et enfin l’annonce du plan. L’accroche peut se faire notamment par le biais d’une citation ou d’un fait d’actualité.
  • Au début de l’introduction, il faut partir du principe que le lecteur ne sait pas de quoi vous aller parler : il vous faudra donc par exemple présenter précisément le texte (auteur, titre, registre) dans le cas d’un commentaire.
  • L’introduction se fait en un seul paragraphe : ne pas y sauter de ligne

Les erreurs à ne pas faire : rester trop général ou exposer des banalités, et annoncer un plan qui ne sera pas respecté.

Les clés d’une conclusion réussie

 Dans la hâte de la fin d’une épreuve, il n’est pas toujours facile d’accorder du temps et de soigner sa conclusion : c’est pourtant essentiel, car il s’agit de la dernière impression du correcteur avant la notation…

Une bonne conclusion se doit de récapituler ce qui a été dit et surtout dégagé durant tout le développement. Il faut y donner des réponses claires et synthétiques au problème posé : elle doit ainsi absolument répondre à la problématique posée dans l’introduction. Pour une conclusion réussie, et avec un petit plus qui laisse le correcteur sur une bonne impression, il est bon de terminer sur ce que l’on appelle une ouverture, en insérant la problématique traitée dans un sujet plus large.

Les erreurs à éviter dans sa conclusion : exposer des idées nouvelles qui n’ont pas été traitées dans la dissertation.