La philosophie en terminale

Dernière ligne droite avant les épreuves du baccalauréat, la terminale constitue une étape majeure dans la scolarité d’un élève. Durant cette année, les lycéens se préparent à l’examen, songent à leur orientation et découvrent également une nouvelle matière : la philosophie. Pourquoi cette discipline vient-elle s’intégrer au programme de terminale ? Quelles sont les notions étudiées et quels en sont les objectifs ? Voici l’essentiel à connaître pour comprendre l’utilité de la philosophie en terminale.

 

Pourquoi suit-on des cours de philosophie en terminale ?

Dès leur entrée en terminale, les lycéens vont suivre un nouvel enseignement, celui de la philosophie. Cette matière fait l’objet d’une épreuve finale comptant pour l’examen du baccalauréat. Plus que d’apporter des connaissances sur l’histoire et les doctrines philosophiques, l’enjeu de cet enseignement est de développer l’esprit critique de l’élève. À travers l’étude de diverses œuvres, l’étudiant apprend à analyser et à confronter des idées, des notions. Il s’exerce à fonder son propre jugement et à l’exprimer clairement à l’oral comme à l’écrit.

La philosophie amène les lycéens à s’ouvrir aux autres et à gagner en maturité. Ils améliorent leur sens critique et leur perception des choses. Ainsi, l’étude de cette discipline leur sera utile dans plusieurs matières, ainsi que dans leur vie future.

 

Philosophie au lycée : quelles sont les notions étudiées ?

Le programme de philosophie en terminale s’articule autour de trois grands axes :

  • L’existence humaine et la culture ;
  • La morale et la politique ;
  • La connaissance.

Les notions que les élèves étudient en classe se rapportent toutes à l’une de ces thématiques. Chaque professeur de philosophie dispose d’une grande liberté pédagogique puisqu’il choisit les sujets sur lesquels il désire travailler avec ses élèves. Toutefois, les objets d’étude doivent être en lien avec les dix-sept notions incluses au programme. Les élèves abordent par exemple les thèmes de la conscience, de l’inconscient, de la justice ou du bonheur.

Les cours s’appuient sur l’analyse d’œuvres philosophiques correspondant à trois périodes de l’histoire :

  • l’Antiquité et le Moyen-Âge ;
  • La période moderne ;
  • La période contemporaine.

Le programme de philosophie en terminale prévoit une liste de plusieurs auteurs de chaque époque.

 

Philosophie : quels sont les attendus en fin de terminale ?

Les travaux menés en philosophie durant l’année aideront l’élève de terminale à acquérir les compétences requises pour réussir l’épreuve finale. Progressivement, il enrichira ses connaissances grâce aux œuvres étudiées et saura les utiliser pour argumenter sa pensée. Le jour de l’examen, il devra être capable de réaliser une explication de texte en présentant son raisonnement avec clarté. Par la dissertation, il montre son aptitude à confronter plusieurs idées et à justifier son point de vue en construisant une argumentation.

Ces exercices requièrent une bonne organisation et une méthodologie de travail efficace. Pour aider les lycéens à préparer l’épreuve de philosophie, Anacours propose des cours particuliers et des stages intensifs en agence.

Les enjeux de la classe de première

L’entrée en classe de première représente une étape importante dans le parcours scolaire d’un élève. Le lycéen poursuit de nouveaux objectifs et les attentes de ses professeurs s’intensifient. Le programme s’enrichit avec les enseignements de spécialité, ce qui influe sur le rythme de travail et les efforts à fournir. La préparation aux épreuves du baccalauréat et l’orientation comptent parmi les principaux enjeux de la classe de première.

 

La classe de première : une étape clé dans la scolarité d’un élève

L’enseignement en lycée général et technologique ou professionnel s’organise en trois ans. La classe de première correspond à la deuxième année du cycle. Elle constitue une période charnière entre l’entrée au lycée et l’obtention du baccalauréat, diplôme qui marque la fin des études secondaires.

Cette année s’accompagne de nouveaux enjeux pour les élèves, qui doivent satisfaire aux attentes grandissantes des équipes pédagogiques. À ce stade de leur scolarité, les élèves apprennent à travailler de façon méthodique et rigoureuse pour gagner en efficacité. Ils développent leur esprit d’analyse et leurs capacités à synthétiser, puis à prendre des notes.

En première, ils approfondissent des notions étudiées auparavant et découvrent de nouvelles matières avec l’entrée au programme des enseignements de spécialité.

 

La préparation au baccalauréat : l’un des principaux enjeux en première

L’avant-dernière année avant de passer les épreuves du baccalauréat joue un rôle déterminant. En effet, la réussite à l’examen dépendra de la régularité du travail effectué. La réforme du bac, en vigueur depuis 2021,  valorise les efforts fournis sur la durée avec la mise en place du contrôle continu. Les matières qui ne font pas l’objet d’un examen final sont donc concernées par ce dispositif. En outre, les élèves de première passent l’épreuve anticipée de français, dont la note compte pour l’attribution du diplôme.

C’est pourquoi ils doivent se préparer, dès l’entrée en classe de première, afin d’adopter une méthodologie de travail efficace. Le réseau Anacours propose plusieurs solutions de soutien scolaire comme les stages intensifs en agence et les cours particuliers à domicile. Ces séances sont l’occasion pour les élèves de revenir sur des notions essentielles du programme.

 

Entrée en première et choix d’orientation post-bac : les premières réflexions sur l’avenir

L’orientation figure également au cœur des préoccupations des élèves de première. Les lycéens doivent commencer à réfléchir à leur projet d’avenir. Ils peuvent se documenter sur les possibilités qui s’offrent à eux en fonction de leur profil et de leurs résultats. Au cours de l’année, ils devront aussi déterminer quelles seront les spécialités qu’ils souhaitent poursuivre en terminale.

Décryptage Parcoursup : la phase d’admission en 2022

Parcoursup a été mis en place à partir de 2018 pour l’orientation et l’inscription dans l’enseignement supérieur de tous les futurs bacheliers. Le déroulement de l’orientation suit des phases très précises tout au long de l’année, dont celle, à partir du mois de juin, des admissions. Comment se déroule cette phase cruciale ?

En quoi consiste la phase d’admission principale ?

Cette année, la formulation des vœux a eu lieu du 20 janvier au 29 mars 2022, suivie par une semaine où les lycéens avaient le loisir de confirmer leurs vœux. Puis, en avril et en mai, c’est le moment de l’attente : c’est durant cette période que les formations organisent des commissions pour examiner les candidatures de chaque élève.

Enfin, le 2 juin, la fameuse phase d’admission débutera. Vous commencerez alors à recevoir les premières réponses des formations que vous avez demandé. Au sein de votre espace Parcoursup, vous pourrez voir si elles vous ont accepté, rejeté, ou bien mis sur liste d’attente. Toutes les réponses n’arrivent pas le premier jour :  c’est pourquoi cette phase dure plusieurs semaines.

En recevant chaque réponse au goutte à goutte, l’élève doit indiquer s’il accepte ou non cette formation. Il n’a que quelques jours pour donner sa décision, selon les délais indiqués. Cette phase peut s’avérer stressante pour les lycéens, qui doivent alors décider, en fonction des réponses, s’ils préfèrent attendre une réponse qui ne serait pas encore arrivée pour tel ou tel vœu, ou bien accepter. C’est pourquoi il est préférable d’avoir envisagé en amont les différents scénarios, pour être prêt à toute éventualité et savoir quoi choisir le jour J.

Après les résultats du bac qui tombent le 5 juillet, ce sera le moment de réaliser son inscription administrative auprès de l’établissement choisi.

 

La phase d’admission complémentaire

Les élèves qui n’auraient pas reçu de réponses positives peuvent ensuite participer à la phase d’admission complémentaire, qui s’ouvrira le 23 juin et durera jusqu’au 16 septembre. Ils peuvent alors formuler dix nouveaux vœux au sein des formations qui ont encore des places disponibles. La réception des réponses et l’envoi des choix de l’élève se déroulent ensuite de la même façon que pendant la phase principale.

Nos conseils pour bien finir l’année et préparer la suivante

Le 3ème trimestre est là : la fin de l’année scolaire approche à grands pas. Il s’agit d’une période souvent intense pour les élèves, notamment ceux de troisième et de terminale qui se préparent aux examens du Brevet et du Baccalauréat. Découvrez ici quelques conseils pour gérer au mieux cette dernière ligne droite avant les grandes vacances mais aussi se préparer pour l’année à venir.

Réussir sa fin d’année sans stress

Le 3ème trimestre est souvent synonyme de charge de travail élevée et d’un rythme plus soutenu. En primaire, cela reste encore relativement calme, les échéances étant moins importantes qu’au cycle 4 et au lycée. A partir de la classe de troisième, la fin de l’année devient plus chargée, parfois plus stressante pour les élèves.

Au début du 3ème trimestre, si les notes dans certaines matières sont trop faibles, rien n’est perdu ! Il est important de garder confiance et de conserver le rythme, quitte à prendre des cours particuliers pour être aidé. Ainsi, durant les derniers mois de l’année scolaire, il est important de réussir à concilier acquisition des connaissances et révision pour les examens (selon les classes). Il ne faut pas relâcher ses efforts, notamment si l’on avait bien progressé au 2ème trimestre. Si vous avez un examen à passer, suivez un programme de révision qui vous évitera du stress inutile.

Le mois de mai et juin sont les bons moments pour faire le point sur l’année écoulée et se fixer des objectifs pour l’année suivante. Quelles ont été vos réussites et vos échecs ? Sur quels points souhaitez vous progresser l’année prochaine ? Autant de questions à se poser.

Se préparer pour l’année suivante

Les grandes vacances seront l’occasion de se préparer pour l’année à venir. Il est bien sûr possible d’effectuer une petite remise à niveau, surtout si l’on a eu des difficultés dans certaines matières.  Vous pouvez aussi vous intéresser au programme de l’année suivante, aux matières sur lesquelles vous allez travailler et à leurs coefficients ainsi qu’aux dates de périodes d’examens.

Selon la classe, il faudra aussi se préparer à un changement d’organisation, d’emploi du temps et de méthode de travail. Cela vaut notamment pour le passage en Seconde, donc au lycée, qui a un fonctionnement encore différent du collège. L’accent y est mis sur l’indépendance des élèves : il faudra par exemple apprendre à gérer soi-même ses devoirs, ainsi qu’acquérir tout un tas de nouvelles méthodologies, par exemple celle de la dissertation.

L’important est de rester enthousiaste et pro-actif. Une nouvelle année scolaire est toujours synonyme d’une nouvelle aventure, d’une nouvelle expérience d’apprentissage qui permet de s’épanouir.

Se préparer aux examens : les solutions proposées par Anacours

Comment réviser efficacement et être fin prêt(e) pour les examens ? Anacours propose différentes solutions pour vous aider à réviser, à combler certaines lacunes ou encore à progresser sur des points méthodologiques.

Les cours particuliers pour réussir ses examens

Que cela soit en vue du brevet, du bac de français ou des épreuves orales et écrites du bac, se faire aider par un professeur expérimenté est une bonne solution. Ces périodes de révision peuvent de plus devenir très stressantes pour les collégiens et lycéens, qui gagneront alors beaucoup à bénéficier d’un encadrement professionnel. Les étudiants en classe préparatoire ou à l’université peuvent aussi avoir besoin d’aide et de solutions sur-mesure. Des cours sont proposés même dans les matières spécialisées, telles que le droit, l’économie ou l’informatique.

Les solutions Anacours pour préparer au mieux un examen

Plusieurs options existent pour préparer à fond ses examens, à commencer par les cours particuliers. A l’approche des examens, il sera possible de renforcer la fréquence de ceux-ci. L’enseignant élaborera alors un planning de révision avec l’élève et se concentrera sur les pré-requis de l’examen à venir pour le préparer au mieux. Il pourra également le coacher pour des épreuves orales spécifiques, notamment celles du brevet ainsi que le Grand Oral du bac.

Anacours a en outre mis en place des stages intensifs, qui sont organisés en agence. Ils sont proposés aux élèves de collège et lycée et se déroulent en petit groupe de 8 personnes maximum. Mis en place pendant les vacances scolaires ou à l’approche des examens, ils permettent de réviser en profondeur les matières générales : français, mathématiques, philosophie, anglais, physique-chimie…

Enfin, en complément des cours à domicile ou des stages en agence, la plateforme Anacours Online permet de réviser de son côté, à la maison. Les élèves de tous les niveaux, de la primaire à la terminale, peuvent ainsi avoir accès à des fiches de cours, des exercices interactifs, un planning de révision personnalisable, ou encore des annales corrigées et un tutorat en ligne.

Quels que soient les besoins des élèves, nos conseillers pédagogiques font un bilan avec les familles et proposent les meilleures solutions pour réussir la fin d’année.

Réforme du bac : que sont devenues les filières technologiques ?

À l’issue d’une seconde générale et technologique, les élèves qui le souhaitent peuvent s’orienter en voie technologique. Une fois le baccalauréat technologique en poche, ils peuvent ensuite poursuivre en études supérieures, notamment en BTS et DUT.

Avec la réforme du baccalauréat de 2018, qu’est devenue la voie technologique ? On fait le point.

 

Les différentes séries de la voie technologique

Contrairement à la voie générale, la voie technologique a conservé ses séries. Actuellement, il existe huit séries technologiques :

  • Sciences et technologies de l’industrie et du développement durable (STI2D)
  • Sciences et technologies du design et des arts appliqués (STD2A)
  • Sciences et technologies du management et de la gestion (STMG)
  • Sciences et technologies de la santé et du social (ST2S)
  • Sciences et technologies de laboratoire (STL)
  • Sciences et techniques du théâtre, de la musique et de la danse (S2TMD)
  • Sciences et technologies de l’hôtellerie et de la restauration (STHR)
  • Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV)

 

Les modifications apportées par la réforme

Le principal changement introduit par la réforme est l’ajout d’un tronc commun à toutes les séries (hors filières STAV et S2TMD). Ces matières communes sont :

  • Français (en classe de première seulement) : 3h par semaine
  • Mathématiques : 3h par semaine
  • Histoire-géographie : 1h30 par semaine
  • EMC (Enseignement moral et civique) : 18h annuelles
  • Langues vivantes A et B : 4h par semaine
  • EPS (Éducation physique et sportive) : 2h par semaine
  • Philosophie (en terminale seulement) : 2h par semaine

En plus du tronc commun, les élèves suivent trois enseignements de spécialité en première, puis deux en terminale. Ces enseignements de spécialité sont spécifiques à chacune des séries technologiques. Le fonctionnement du baccalauréat technologique, en lui-même, est très proche de celui du baccalauréat général. La note est constituée à 40 % par du contrôle continu et à 60 % par les épreuves terminales. Ces dernières comprennent l’épreuve de français en première, les deux spécialités de terminale, la philosophie et le Grand oral.

Comme pour le baccalauréat général, à partir de 2022, les évaluations communes sont quant à elles supprimées au profit du contrôle continu, via des devoirs certificatifs.

Les ajustements de la réforme du baccalauréat à partir 2022

En 2018, La réforme du baccalauréat avait complètement modifié le fonctionnement de cet examen historique, passé chaque année par environ 700 000 élèves. Depuis sa refonte, le fonctionnement de l’examen est régulièrement ajusté au fil des sessions, en plus d’un déroulement bouleversé par la crise sanitaire. Quelles sont les nouveautés pour la session 2022 du baccalauréat ?

 

La suppression des évaluations communes

La plus grande nouveauté pour cette nouvelle formule du baccalauréat est la suppression des évaluations communes (EC). Ces dernières, des devoirs sur tables communs à tous les établissements, étaient organisées au mois de mars et s’ajoutaient à la note du contrôle continu. Les EC concernaient la spécialité suivie uniquement en classe de première, ainsi que certaines matières du tronc commun : les deux langues vivantes, l’histoire-géographie, l’enseignement scientifique (pour le baccalauréat général) et les mathématiques (pour le baccalauréat technologique).

Dorénavant, pour ces matières, les élèves seront évalués tout au long de l’année en contrôle continu. Mais c’est en fait un peu plus compliqué que cela : toutes les notes ne seront pas prises en compte, uniquement celles obtenues à l’occasion de « devoirs certificatifs ». Ces derniers seront décidés par chaque professeur, qui devront aussi déterminer le coefficient appliqué pour chaque devoir. Les élèves seront prévenus en amont des devoirs comptabilisés pour le baccalauréat.

 

Une modification des coefficients

Toutes les disciplines du tronc commun qui ne font pas l’objet d’épreuves en classe de terminale et qui sont donc évaluées via les « devoirs certificatifs » se voient attribuer chacune un coefficient 6 (3 en première, 3 en terminale). L’enseignement de spécialité non poursuivi en fin de classe de première est crédité d’un coefficient 8. Enfin, l’enseignement moral et civique reçoit un coefficient 2 (1 en première, 1 en terminale).

Autre changement, le français en première, la philosophie, les deux spécialités en terminale, qui jusqu’ici étaient en plus évalués via les bulletins scolaires, seront notées uniquement via les épreuves de fin d’année. Ces épreuves et leurs coefficients ne sont quant à elles pas modifiées.

L’ensemble de ces changements seront effectifs à la rentrée prochaine. Mais pour les élèves de terminale qui passent le baccalauréat en 2022, la réforme s’applique bien. Les notes qu’ils ont obtenues l’année passée ne tiennent pas compte de ces changements, néanmoins, les nouveaux coefficients des matières de terminale seront eux bien appliqués.

A quel moment commencer ses révisions pour le bac ?

Même si le nouveau baccalauréat fait la part belle au contrôle continu, un certain nombre d’épreuves écrites et orales demeurent. Les lycéens doivent ainsi se préparer en amont pour réussir au mieux. Face aux élèves qui s’inquiètent de savoir quel est le meilleur moment pour se mettre à réviser sérieusement, Anacours répond en toute transparence.

Quelles sont les épreuves terminales pour le bac 2022 ?

En classe de première, les élèves passent toujours les épreuves anticipées de français (coefficient 5 pour l’écrit et 5 pour l’oral) en juin.

L’année suivante, en terminale, les deux épreuves de spécialités ont lieu en mars (coefficient 16 chacune) puis, en juin, se tient l’épreuve historique de philosophie (coefficient 8 en voie générale, 4 en voie technologique). Enfin, les élèves se soumettent également au fameux grand oral (coefficient 10 en voie générale et 14 en voie technologique).

Organiser ses révisions sur l’année

Il est préférable d’élaborer un planning de révisions pour les épreuves du baccalauréat, quelques mois avant le début des épreuves écrites. Mais quand faut-il s’y mettre exactement ? La réponse la plus évidente est : le plus tôt possible.

Dans la pratique, on conseillera de se mettre sérieusement aux révisions des épreuves du mois de juin (épreuves anticipées de français, philo, grand oral) aux alentours des vacances de printemps, donc en avril. Cela vous permettra de créer un planning de révision et de vous organiser tranquillement sur plusieurs semaines, évitant ainsi les révisions de dernières minutes dans la panique. Pour les épreuves de spécialités qui ont elles lieu au mois de mars, il est primordial d’avoir travaillé régulièrement. Il est bon de se mettre à réviser sérieusement après les vacances de Noël.

Bien entendu, en travaillant vos cours tout au long de l’année, vous vous assurez d’alléger vos révisions de fin d’année, la majorité des connaissances étant déjà intégrées. En outre, en débutant vos révisions assez tôt, vous avez le temps d’étaler votre programme : au début, vous reviendrez sur les notions vues en début d’année, et progresserez au fur et à mesure.

Enfin, il est crucial d’être au point sur la méthodologie assez tôt dans l’année, de manière à justement avoir l’occasion de perfectionner sa technique petit à petit.

Les oraux de rattrapage du baccalauréat

Même si la formule globale du baccalauréat a changé, les rattrapages, eux, sont restés les mêmes. Chaque année, ce sont environ 15 % des candidats qui doivent s’y confronter au début du mois de juillet. Comment se déroulent-ils et comment bien s’y préparer ?

En quoi consistent les rattrapages ?

De leur vrai nom, « épreuves du second groupe », les rattrapages sont des épreuves uniquement orales. Véritable seconde chance, ils concernent tous les élèves qui ont obtenu une moyenne comprise entre 8 et 10 aux épreuves du premier groupe. Pour chacune des deux matières choisies, vous passerez à l’oral sur un sujet ou une question imposés. Vous aurez 20 minutes de préparation, puis l’oral en lui-même dure une vingtaine de minutes également.

En 2021, les résultats du bac tombent le 6 juillet, et les oraux de rattrapages sont organisés du 7 au 9. La meilleure note obtenue sur les deux groupes est celle qui est retenue. Le candidat a son bac s’il obtient, à l’issue des rattrapages, une moyenne d’au moins 10/20 à l’ensemble des épreuves.

Comment choisir les matières à rattraper ?

Vous allez devoir choisir deux matières à repasser : soyez stratégique. Munissez-vous de votre relevé de notes. Le meilleur moyen de gagner des points est de choisir les matières où vous avez obtenu les notes les plus basses — à condition que vous n’ayez pas totalement fait l’impasse dessus ! Ne prenez pas le risque de choisir une matière où vous n’avez jamais réussi à avoir la moyenne. Examinez également les coefficients : plus ils sont hauts, plus vous obtiendrez de points. Une fois les matières choisies, il vous faudra communiquer votre choix à votre centre d’examen.

Comment se préparer aux oraux ?

Vous n’aurez que très peu de temps pour réviser : de 24 à 72 h. Vous allez alors devoir vous y mettre à fond. En outre, si vous sentez que vous n’avez pas réussi vos épreuves écrites (ou, pour l’année 2021, si votre moyenne au contrôle continu est trop basse), n’attendez pas les résultats du bac : anticipez, et révisez en avance.

Pensez efficacité : reprenez toutes vos fiches pour avoir bien en tête les points importants. Faites des exercices, consultez les annales, et surtout, entraînez-vous au maximum à l’oral, avec l’aide de votre famille ou de vos amis. Le jour J, amenez bien tout le matériel nécessaire selon la matière.

Enfin, vous pouvez aussi vous tourner vers vos professeurs si vous avez un bon contact avec eux. Ils seront les plus à même de vous conseiller.

Bac 2021 : comment préparer le grand oral ?

Le grand oral est une épreuve totalement nouvelle du baccalauréat. Il a lieu à la fin de l’année de terminale et effraie bien des lycéens. Pas de panique : voici tout ce qu’il faut savoir pour aborder sereinement cet entretien et bien le réussir.

Comment se déroule le grand oral ?

Le grand oral consiste en une épreuve orale, divisée en un exposé, puis un échange avec un jury composé de deux professeurs. En amont, le candidat aura préparé son argumentaire sur deux questions liées à ses enseignements de spécialité. Avant l’épreuve, le jury en choisit une seule.

En tout, l’épreuve dure 40 minutes :

  • 20 minutes de préparation
  • 5 minutes de présentation par l’élève (sans notes)
  • 10 minutes d’échange et de questions entre le jury et le candidat
  • 5 minutes de discussion sur le projet d’orientation

Comment bien le préparer en amont ?

Les deux questions ont été préparées durant toute l’année. Un des points importants pour réussir cette épreuve est donc d’avoir sélectionné des sujets pertinents, mais surtout qui vous passionnent. Pour bien préparer cette épreuve, il faut bien entendu réviser ses cours de spécialités. Si vous maîtrisez parfaitement vos deux sujets, vous n’aurez pas de mal à répondre aux différentes questions et à rebondir avec pertinence.

Comme il s’agit d’une présentation orale, il est important de s’entraîner à prendre la parole, devant différents publics. Votre élocution et vos techniques de persuasion seront jugées : entraînez-vous à poser votre voix, à améliorer votre diction, à ancrer votre corps et à regarder votre interlocuteur dans les yeux. En étant à l’aise, en prenant confiance en vous, l’épreuve se déroulera beaucoup plus facilement. Repérez et supprimez vos tics de parole : les « donc », les « euh », mais aussi les tics gestuels : vous toucher les mains, baisser la tête… etc. Vous pouvez par exemple vous enregistrer pour vous aider à déceler tous ces éléments. Les deux professeurs du jury chercheront à savoir si vous pouvez expliquer clairement votre propos, présenter vos connaissances, si vous savez argumenter, écouter et échanger avec pertinence.

Les aménagements pour la session 2021

En 2021, cette épreuve se tiendra entre le 21 juin et le 2 juillet, et profitera de certains aménagements pour tenir compte de cette année impactée par la crise sanitaire. Exceptionnellement, pour cette session, les élèves auront le droit d’avoir leurs notes de préparation durant l’exposé de 5 minutes. Ils pourront aussi présenter un document au jury attestant des points de programme n’ayant pas pu être étudiés.