La phobie scolaire : comment y faire face ?

La phobie scolaire, ou « refus scolaire », est une peur irraisonnée de se rendre à l’école. Si les causes sont très variables, il existe heureusement des solutions pour y faire face. On fait le point sur ce trouble anxieux encore peu connu en France.

La phobie scolaire, c’est quoi ?

Le Journal Officiel retient cette définition précise : « La phobie scolaire, ou refus scolaire anxieux, est une manifestation de refus de la fréquentation scolaire, à distinguer du refus d’apprendre ou de difficultés d’apprentissage. »

La phonie scolaire se manifeste ainsi par une forte angoisse au moment d’aller à l’école.

La phobie scolaire concernerait environ 5 % des consultations en pédopsychiatrie. Aucun chiffre officiel n’existe sur la répartition de ce trouble anxieux, même s’il est estimé que 1 à 2 % des enfants y font face.

Comment se manifeste-elle et à quoi est-elle due ?

Les manifestations d’un phobie scolaire sont très claires et faciles à reconnaitre :

  • Grande difficulté ou refus de quitter la maison pour aller à l’école
  • Absentéisme scolaire
  • Vive réaction anxieuse : verbale, physique (pleurs, cris…), ou bien somatique (céphalées, nausées…)

A noter que la phobie scolaire, au contraire du décrochage scolaire, n’est pas du tout associée à un refus d’apprendre. Les bons élèves, aussi bien que ceux qui ont de moins bons résultats, sont d’ailleurs touchés.

Cette peur de l’école n’a pas d’explication ou de causes claires, et peut apparaître à tout moment. Néanmoins, deux catégories d’âges sont plus propices à l’apparition de la phobie scolaire : d’abord au moment de l’entrée en CP (vers 6 ans), et au début de l’adolescence, au collège (entre 11 et 14 ans). Il faut également creuser du côté de certains événements qui auraient pu contribuer au déclenchement de cette phobie scolaire : par exemple du harcèlement scolaire, un conflit avec un professeur, un choc familial… etc.

Comment la soigner ?

Tout d’abord, une prise en charge précoce contribuera à une bonne évolution du trouble. Il s’agit en premier lieu d’engager un dialogue entre parents et enfant le plus vite possible. Le traitement de la phobie scolaire repose en grande majorité sur une prise en charge psychologique de l’enfant, avec un psychothérapeute ou un pédopsychiatre. L’enfant doit être accompagné et entouré, et cela demande une étroite collaboration entre lui, la famille, les soignants et l’école. Empathie et écoute sont deux piliers importants de la voie vers la guérison.

Une réinsertion scolaire progressive sera conseillée. Par exemple, cela peut passer par un premier retour dans les locaux de l’école uniquement : en cours de récréation, en salle de permanence…

En outre, la mise en place d’un Projet d’Accueil Individualisé (PAI) pourra aider à mettre en application cette réinsertion scolaire, en fonction des recommandations thérapeutiques.